Le mythe de la CROISSANCE VERTE et l'illusion de la COMPENSATION CARBONE

Je ne sais pas TOI mais MOI, je tente de comprendre pourquoi ceux qui dirigent, ceux que je croise, des connaissances, mes amis, ma famille et moi, d’ici et d’ailleurs, on s’obstine frénétiquement, d’une façon ou d’une autre, à soutenir la CROISSANCE VERTE ? Et si on se posait les Bonnes questions ?

On commence à être nombreux à comprendre que la CROISSANCE n’est pas durable. Mais la CROISSANCE VERTE, elle c’est bon non ? Les énergies renouvelables, le recyclage, le bio, le naturel…Tu crois qu’on peut continuer comme avant ?

Tu veux dire : à CONSOMMER pourvu que ça soit VERT et à CONSTRUIRE à tout PRIX ? Au prix de la mort et de la destruction du VIVANT ? Ben non…enfin je ne crois pas. Pourquoi est-ce qu’on fait cela alors ? Pour la GLOIRE et le POUVOIR dont on ne se souviendra pas. Par HABITUDE, par DENI, par PEUR que tout s’arrête, par DESESPOIR. Pour un  » Si seulement cette fois on vous avait écouté les enfants… » arrivant trop tard ?

Pour prétendre à UN AVENIR et agir efficacement, on doit confronter l’UTILE d’aujourd’hui le NOTRE à l’UTILE d’hier, qui devient dès lors INUTILE. On se doit de discerner ce qui est  » NECESSAIRE  » de ce qui est  » VERT SUPERFLU « .

Mais alors de quoi a t-on nécessairement besoin pour assurer notre RESILIENCE face à l’avenir ? On peut se poser la question dans toutes ces choses qu’on fait machinalement au quotidien…SE REVEILLER.

Nous berçant d’ILLUSIONS en même temps qu’ils s’y perdent, ceux qui n’apprennent qu’à DOMINER LES AUTRES ont changé notre rapport au Monde, et nous ont inventé tout un tas de MACHINS CHOSES pour ne pas s’ennuyer. Ba oui s’ennuyer c’est la mort assurée ! Sauf que quand on s’ennui et bien on a le temps de réfléchir, de voir ce qui nous entoure, d’écouter le RENOUVEAU, le SILENCE. Est-ce que c’est si mauvais de faire une PAUSE ? Tu t’es déjà ennuyé plus de 10 min toi ? Genre 1 heure, 1 semaine… Ba non et toi ? Ba non plus… Et pourtant il faudrait passer les 10 000 heures de pratiques pour dire qu’on commence à maîtriser… à méditer.

Société de divertissements et de consommations, ces MACHINS CHOSES sont devenus VERTS. VERTS D’APPARENCE, il ne sont que l’idée de la nature, que l’image. La nature en carte postale.

DECONNECTES. Enfin ! Déconnectés du VIVANT pour oublier ce moment où je me retrouve seul.e avec moi-même, où je m’ennui.e, où j’ai l’impression de n’être RIEN. Plus de RACINES je me demande même s’il me reste un COEUR ?

Je m’occupe, pour oublier et CONSTRUIRE, contre VENTS et MARRES. Ah super ! Pour nous construire un AVENIR ? Non juste pour CONSTRUIRE et m’occuper… Mais ne t’inquiètes pas, je  » protège la nature « . Ah si si je t’assure ! Non je ne vais quand même pas dans la forêt ou dans le champ protéger l’arbre ou l’oiseau. C’est quand la dernière fois que j’y suis allé.e d’ailleurs ? Bref, c’est pas important, je construis VERT, enfin je crois…

De toute façon quand je veux faire mon projet elle est déjà là, LA NATURE, alors je la DEPLACE pour mettre en oeuvre mes ARTIFICES ! Parce que ça se déplace la NATURE ? Ah oui ! On fait le projet, ça coute cher ces ETUDES D’IMPACTS d’ailleurs ! Etudes d’impacts qui ne font que déplacer le problème : On fait des études sur les espèces menacées, qu’on prend en charge et qu’on délocalise. Alors comment fait-on pour déplacer un problème quand on arrive plus à partir de l’existant ? On inverse, on déplace la NATURE et ON VERRA enfin heu…ILS VERRONT…

Qui ça ? LES JEUNES…

Les deux dossiers qui suivent sur LA CROISSANCE VERTE ET SUR LA COMPENSATION CARBONE illustrent cette manie humaine qu’on a de créer des projets inutiles, DECONNECTES du réel, plus DESTRUCTEURS que NECESSAIRES, reflet d’un EGOCENTRISME.

» Tendance à tout ramener à soi en se focalisant principalement sur son propre intérêt. En considérant son opinion comme la plus importante. En se voyant comme la personne à suivre et à admirer. « 

ET CES PROJETS, INUTILES, ILS ENGAGENT POURTANT DIRECTEMENT NOTRE SURVIE A TOU.S.TES ET SURTOUT NOTRE SURVIE A NOUS…LES JEUNES…

Il y a ces EGOCENTRIQUES qui se réalisent, au dépend des autres, ceux-là n’ont pas de coeur, acceptant l’indicible. Et puis les ALTRUISTES qui aident les autres à se réaliser au dépend de leur vie, avec tout leur coeur. Et au milieu, il y a l’équilibre du Monde : Se libérer du connu, casser les vieux CODES et les MYTHES, s’apprivoiser pour faire marcher l’intelligence collective.

Dans la mouvance des CREATIVE COMMONS. Ces deux dossiers sont tirés des Newsletters 1 et 5,  » Nourritures terrestres « , de Clément Jeanneau , qui  » donnent matière à penser l’écologie  » ; reprises et illustrées par SOSS pour le blog.

Pour aller faire un tour sur NOURRITURES TERRESTRES :

https://nourrituresterrestres.substack.com/