Archives de l’auteur : stopcarnet

Le projet du Carnet n’est pas abandonné, malgré la communication officielle / Carnage en cours au Carnet

Le Grand Port Maritime Nantes / Saint-Nazaire annonçait à la suite de l’expulsion de la ZAD qu’il mettait en pause ses travaux. Belle opération de comm’ visant à démobiliser et à faire croire à la population locale que le projet tombait à l’eau et qu’il n’y avait plus d’urgence.Des nouvelles récentes montrent que le projet industriel du Carnet n’est toujours pas abandonné :

👉 Le GPM a dépensé cette année pas moins de 30 000 euros pour verdir sa communication sur le site du Carnet

👉 Le GPM a contacté au moins un éleveur pour savoir s’il était intéressé de faire pâturer ses chèvres et moutons sur les 110ha du projet. De quoi raser toute végétation sous un beau vernis écolo, vive l’éco-destruction !

👉 Le GPM a passé un appel d’offres pour réaliser des relevés naturalistes, comme suggéré par le conseil scientifique qui pointait du doigt ce manquement. Ces relevés devraient commencer à l’automne sur le site du Carnet. Ils ne sont en réalité pas nécessaires au Grand Port pour aménager l’île du Carnet puisque le GPM conserve toutes les autorisations et dérogations pour mener à bien son projet industriel (arrêté préfectoral de 2017 qui a sonné l’arrêt de la vie sauvage au Carnet).

😡 Alerte : Carnage en cours sur l’île du Carnet 😡

👉 La zone concernée par le projet industriel se voit défigurer régulièrement depuis un mois : débroussaillage au broyeur pour créer une bonne dizaine de km de chemins à travers les roselières, les boisements, les prairies et les buissons.

Les chasseurs s’en donnent à coeur joie en effectuant des battues aux sangliers qui peuvent durer jusqu’à 20h de suite !

👉 L’étang artificiel à l’ouest de l’île, situé en bordure de zone à aménager a été asséché par le GPM en refermant l’écluse de la zone ! Cet étang accueillait de nombreux batraciens, était un lieu d’alimentation et de repos pour bon nombre d’espèces protégées !

Le fait d’effectuer ces relevés d’espèces sur un site saccagé, broyé, chassé, ne serait donc pas une bonne manière d’assurer à l’opinion publique que l’île du Carnet n’a plus rien de sauvage et que ses milieux naturels ne représentent pas un intérêt majeur ? 🤔

Continuons à nous mobiliser contre le projet de zone industrielle du Carnet !

Chantiers collectifs de construction de la future maison du Carnet [Libre et Sauvage] tous les week ends à partir des 18/19 septembre!

Le Grand Port Maritime déterminé à relancer le projet industriel du Carnet ? On ne laissera pas faire !

Continuons à construire la résistance : bâtissons une maison d’accueil et de lutte sur un lieu privé près du Carnet ! 

Gros chantiers collectifs de construction de la future maison du Carnet [Libre et Sauvage] prévuent tous les week ends à partir des 18/19 septembre!

Le projet du Carnet n’est pas abandonné, malgré la communication officielle

Le Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire annonçait à la suite de l’expulsion qu’il mettait en pause les travaux. Belle opération de comm’ visant à démobiliser et à faire croire à la population locale que le projet tombait à l’eau et qu’il n’y avait plus d’urgence.

Des nouvelles récentes montrent que le projet industriel du Carnet n’est toujours pas abandonné : 

– Le GPM a dépensé cette année pas moins de 30 000euros pour verdir sa communication sur le site du Carnet.

– Le GPM a contacté au moins un éleveur pour savoir s’il serait intéressé de faire pâturer ses chèvres et moutons sur les 110ha du projet, de quoi raser toute végétation sous un beau vernis écolo, vive l’éco destruction ! 

– Le GPM a passé un appel d’offre pour réaliser des relevés naturalistes, comme demandé par le conseil scientifique qui pointait du doigt ce manquement. Ces relevés devraient commencer à l’automne sur le site du Carnet. Ils ne sont en réalité pas nécessaires au Grand Port pour aménager l’île du Carnet puisque le GPM conserve toutes les autorisations et dérogations pour mener à bien son projet industriel ( arrêté préfectoral de 2017 qui a sonné l’arrêt de la vie sauvage au Carnet ). 

– Alerte : Carnage en cours sur l’ile du Carnet : 

La zone concernée par le projet industriel se voit défigurer régulièrement depuis un mois : débroussaillage au broyeur pour créer une bonne dizaine de Km de chemins à travers les roselières, les boisements, les prairies et les buissons.

Les chasseurs s’en donnent à coeur joie en effectuant des battues aux sangliers qui peuvent durer jusqu’à 20h de suite !

L’étang artificiel à l’ouest de l’ile, situé en bordure de zone à aménager a été asséché par le GPM en refermant l’écluse de la zone ! Cet étang accueillait de nombreux batraciens, était un lieu d’alimentation et de repos pour bon nombre d’espèces protégées !

Le fait d’effectuer ces relevés d’espèces sur un site saccagé, broyé, chassé, ne serait donc pas une bonne manière d’assurer à l’opinion publique que l’île du Carnet n’a plus rien de sauvage et que ses milieux naturels ne représentent pas un intérêt majeur ? 

Résistons à l’intimidation

Le lieu collectif proche du Carnet, ainsi que le paysan qui nous acceuille, ont été récemment victimes d’attaque / saccages de la part de voisins / fachos. Nous sommes actuellement un petit groupe à assurer une présence sur place, à ranger / réorganiser le lieu, montrer que l’on est là et n’avons pas peur. La situation s’est stabilisée et nous n’avons pas eu de nouvelle attaque.

Pourquoi on a besoin de monde et de construire une maison de la résistance?

La résistance au projet est plus que jamais nécessaire à relancer ! 

Et on a besoin de monde pour cela, d’autant qu’on a affaire au plus gros projet destructeur du grand ouest porté par le gouvernement Macron et nombre d’intérêts industriels !

Face à l’échéance des travaux qui se rapproche et à la nécessité d’avoir un lieu plus accueillant pour amplifier la résistance au projet, on prévoit de lancer le chantier d’un hangar pour en faire une maison de la résistance au projet du Carnet.

On ne pourra pas continuer à être tout le temps les mêmes à être présent-e-s sur le lieu pour organiser des évènements de soutien à la lutte, à informer la population locale des impacts du projet du Carnet, à préparer la résistance aux travaux à venir, à organiser le lieu pour en faire un lieu d’accueil et d’informations sur la lutte du Carnet.

On a besoin de monde sur place pour continuer à faire vivre la lutte contre ce projet destructeur ! 

Si tu as envie de passer quelques jours / semaines à la campagne, à faire un peu de bricolage (sur le chantier de la maison du Carnet mais pas seulement), de maraichage chez les copaines, participer à l’orga d’un infotour du carnet, créer du lien avec les voisin.es, tu es le.la bienvenu.e avec ta tente ou ton camion!

1er gros chantier collectif de construction de la future maison du Carnet [Libre et Sauvage] prévu le week-end du 18/19 Septembre et par la suite tous les week-end. 

Si tu veux nous rejoindre, avoir plus d’infos, nous ramener du matos, apporter ton soutien de quelconque manière, écris-nous à : horsdlaloire@riseup.net

Les besoins en matos sont les suivants :

    – bois en tout genre pour la construction dont pannes, chevrons.
    – outils de construction (barre à mine, pieds de biche, scies à bois / métaux, marteaux …)
    – échelles/escabots
    – tiges filetées, boulons …
    – cordes
    – tôles
    – bâches
    – plexiglass
    – isolant
    – visserie et mèches
    – Vélos
    – Brouettes
    – Kit de réparation de vélo
    – vêtements (notamment chauds et de pluie, bottes, chaussures de rando, chaussettes)
    – mais également caravanes et autre structure pouvant servir d’abri

    – bois pour se chauffer

    – poêle

    – chauffe-eau à gaz

    – génératrice

    – cables élec + rallonges + prises + tableau élec

Charpente de la « Maison du Carnet » en cours de construction 

Ils détruisent, on (re)construit !

La future « Maison du Carnet » est destinée à être un lieu de lutte et d’accueil (sur un terrain privé) pour se rencontrer, sensibiliser et échanger sur le projet industriel du Carnet et l’industrialisation de l’estuaire de la Loire ! 💪🌊⛴

La construction de la charpente de la « Maison du Carnet » a démarré la semaine dernière 🥰

Les poutres ont plusieurs dizaines d’années et étaient enfouies sous des ronces pendant quelques années jusqu’à ce que des copaines leur redonnent vie.

La Maison du Carnet s’élève à 5 mètres de haut et devrait comporter un étage pour accueillir copaines et discussions.

N’hésitez pas à rejoindre les chantiers collectifs, tous les week-ends à partir du 17 septembre, et participer à la construction comme vous le voulez / pouvez en apportant du matériel, vos compétences (ou non !), envies d’apprendre ou votre énergie ! 🖤

Liste des besoins accessible ici !

Avis aux gendarmes : inutiles de poursuivre les survols en hélico et de gaspiller argent et énergies fossiles pour surveiller les avancées du chantier, nous partagerons des photos régulièrement 😌🚨

Venez construire/soutenir la résistance près du Carnet ces prochaines semaines ! La Maison du Carnet n’attend plus que toi pour prendre forme ;)

    Le Grand Port Maritime déterminé à relancer le projet industriel du Carnet ? On ne laissera pas faire !

Appel à soutien pour continuer de construire la résistance : chantiers collectifs pour une maison du Carnet sur un lieu privé près du Carnet !

Nous avons besoin d’être nombreux·ses ces prochains jours / semaines pour montrer un rapport de force face aux tentatives d’intimidation et notre détermination à continuer la résistance !

Si tu as envie de passer quelques jours / semaines à la campagne, à faire un peu de bricolage (sur le chantier de la maison de la résistance mais pas seulement), de maraichage chez les copaines, participer à l’orga d’un infotour du carnet, créer du lien avec les voisins, juste profiter de la campagne, souffler un peu de la ville ou prendre un peu de vacances en mode autogestion ( chacun·e fait sa vaisselle, participe aux taches collectives comme la cuisine, vider les toilettes séches, faire des récups …. On a personne pour le faire à notre place et on est contre le patriarcat)  , tu es lea bienvenu avec ta tente ou ton camion!       

Si tu veux nous rejoindre, avoir plus d’infos, nous ramener du matos, apporter ton soutien de quelconque manière, écris-nous à :

horsdlaloire@riseup.net ou zadducarnet@riseup.net

Plus d’infos sur la lutte au Carnet par ici :   

https://zadducarnet.org/

https://stopcarnet.fr/

Le Matos est également le bienvenue pour le chantier de construction de la maison du Carnet et pour la vie quotidienne/évènements :  

  – bois en tout genre pour la construction   

– outils de construction (barre à mine, pieds de biche, scies à bois / métaux, marteaux …)   

– échelles/escabots   

– tiges filetées, boulons …   

– cordes   

– tôles   

– bâches   

– plexiglass   

– isolant   

– pointes   

– vis   

– Vélos   

– Brouettes   

– Kit de réparation de vélo   

– vêtements (notamment chauds et de pluie, bottes, chaussures de rando, chaussettes)   

– mais également caravanes et autre structure pouvant servir d’abri   

– bois pour se chauffer   

– poêle   

– chauffe-eau à gaz   

– génératrice   

– cables élec + rallonges + prises + tableau élec

Soirée causerie près de Vallet (17 La Porchetière, 44330 La Regrippière) le 22 Septembre à 19h30 sur le Carnet : face à la reprise du projet, relançons la lutte !

L’infotour sur le Carnet continue son itinérance : cette fois-ci nous faisons escale à Vallet au sud de Nantes où nous sommes accueillis par des copaines en lutte également contre un projet destructeur : une énième zone commerciale sur des terres agricoles !
Merci au collectif Laisse Béton Vallet pour l’accueil ! 🙂

Pourquoi cet infotour sur le Carnet ?

Le projet industriel du Carnet en rive de la Loire est relancé par le Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire !

En effet, l’appel d’offres pour les relevés naturalistes sur le site du Carnet, opération de com du GPM pour mieux faire avaler le projet et qui n’empêcheront en rien de raser ensuite le site, a été lancé.

Suite à ces relevés, rien ne peut empêcher juridiquement le Grand Port Maritime de lancer les travaux (cf arrêté préfectoral de 2017). Travaux qui pourraient donc démarrer dès l’année prochaine !

De plus, un éleveur bio a été contacté pour éventuellement faire pâturer ses moutons et chèvres sur la zone du projet, de quoi raser de manière tranquille la flore et la faune qui y est lié tout en donnant une image écologique au GPM…

Des pelleteuses pourront également commencer à venir sur site dès Août pour intervenir sur les zones où des plantes dites invasives sont présentes. Ces travaux sont les prémisces indispensables aux « mesures compensatoires » prévus pour le projet industriel du Carnet.

L’année dernière en les empêchant (grâce à l’implantation de la ZAD du Carnet), nous avons également pu voir les dégâts énormes qu’ils occassionnaient (décapage de 30cm de terre avec tous les végétaux et la faune sur plusieurs centaines de mètres !).

Un champ privé prêté par un paysan soutien à la lutte pour que la résistance continue aux abords du Carnet a également subi plusieurs attaques de fachos récemment : structures et caravanes détruites, voitures ravagées, incendies criminelles sur la ferme,…
Le soutien pour continuer la résistance est plus que jamais vital, également face à la répression intense subie depuis plusieurs mois !

Face à la nécessité de relancer la lutte pour pouvoir résister aux travaux qui pourront démarrer rapidement et afin également d’informer des enjeux importants autour du site naturel du Carnet et de l’ampleur du projet (soutenu à l’échelle nationale et à portée Européenne), nous lançons un cycle de soirées-discussions sur le Carnet jusqu’à cet hiver*

Soirée-discussion mercredi 22 Septembre près de Vallet à partir de 19h30 au 17 La Porchetière, 44330 La Regrippière sur le GAEC la Terre Ferme.

En espérant vous y voir nombreux/ses afin de nous rencontrer et de réfléchir ensemble aux moyens de protéger le site sauvage du Carnet en bord de Loire du carnage annoncé !

Le Carnet et l’Estuaire ont besoin de vous !

Nous sommes la Loire qui se défend !

Le collectif Stop Carnet et des ex-habitant-e-s de la ZAD du Carnet

https://stopcarnet.fr/

zadducarnet.org/

* Si vous êtes intéressées pour héberger une soirée-causerie sur le Carnet cet automne/hiver que ce soit dans le 44 ou ailleurs en France, contactez-nous à : stopcarnet@retzien.fr

Évènement Facebook auquel vous pouvez y inviter vos ami-e-s FB par ici :

https://www.facebook.com/events/1052117085623026

———————————————————————————————————————

Pour rappel, le projet de parc industriel du Carnet à Frossay, extension prévue du Grand Port Maritime Nantes-Saint Nazaire (consortium plublic/privé), c’est :

  • 110ha de béton qui détruirait un site naturel où sont présents des espèces menacées de disparition et 116 espèces protégées au total !
  • Un site industriel supplémentaire en bord de Loire tandis que les projections climatiques indiquent une submersion chaque année dès 2030 et qu’une partie du site avait déjà été submergé durant la tempête Xynthia !
  • 500 000 m3 de remblais prévus pour réhausser une partie du site de 50 cm, soit l’équivalent de 58 000 camions-bennes d’une capacité de 13T !
  • Un trafic quotidien prévu de 550 camions et de 2900 véhicules!
  • L’accroissement du trafic portuaire et du dragage de la Loire, aux conséquences sanitaires et environnementales bien connues !
  • 51ha de zones humides détruites, ce qui augmentera encore le risque d’inondations pour les zones alentours !
  • Des produits chimiques utilisés pour la fabrication des technologies « vertes », augmentant ainsi le risque de pollution de la Loire !
    Des métaux rares provenant du pillage, de la destruction et de l’esclavage de régions des pays du sud !
  • Un des premiers sites industriels clés en main proposé par Macron aux industriels avec au passage une belle casse du droit environnemental ! Le site du Carnet étant concerné par une dérogation à la loi Littoral, à la loi sur l’eau et aux espèces menacées !
  • Une activité industrielle qui impactera la faune des environs par le bruit et la lumière nocturne occasionné ! Le projet de zone protégé aux abords du site ne sera pas si protégé que cela, le Carnet étant de plus situé sur une des principales voies de migration européenne de l’avifaune !
  • Sur les 12 sites retenus auparavant par le grand port sur les rives de la Loire, le site du Carnet a été retenu pour la place qu’il offrait, tandis qu’il s’agissait du site le plus impactant au niveau de la biodiversité et du risque de submersion !

Et nombre d’autres impacts qui indiquent bel et bien qu’il ne faut pas laisser passer cet énième projet insensé dans le 44, le plus gros projet de bétonnisation du département et soutenue à l’échelle nationale par Macron !

Plus d’informations sur le projet par ici :

https://zadducarnet.org/…/arguments-projet-industriel…/

[Carnage envers les militant.e.s du Carnet : besoin dead ! 😥💀]

👉 1 an après le festival d’implantation de la résistance pour lutter contre le projet de zone industrielle du Carnet qui a réuni 1500 personnes dans la joie et la fête, la lutte du Carnet se poursuit avec détermination mais les violences envers les militant.e.s n’ont jamais cessé.

🚨 Confronté.e.s à une répression sidérante depuis le festival, les membres du collectif Stop Carnet et les ex-habitant.e.s subissent une recrudescence des violences physiques, psychologiques et matérielles depuis le début de l’été. Ces intimidations constantes prouvent la détermination de l’Etat et du Grand Port Maritime à mener à bien le projet du Carnet.

😡 Cette semaine, l’acharnement a atteint un point de non-retour qui fragilise le collectif et les militant.e.s qui luttent avec amour, rage et solidarité depuis 1 an et demi contre un projet destructeur : les lieux de vie de militant.e.s sur un terrain privé proche du Carnet ont tous été détruits avec une haine abjecte et hors-sol.

😡 Une voiture a été vandalisée, ses roues crevées et ses vitres brisées.Les caravanes dans lesquelles vivaient des personnes dans le besoin ont été renversées et saccagées et les pneus ont été tranchés au couteau. La bibliothèque a été détruite, la cuisine collective a été dévastée et du matériel a été volé.

Nous soupçonnons malheureusement des liens avec la gendarmerie locale. La gendarmerie a en effet déjà prouvé qu’elle était capable de couvrir l’épandage de boues de station d’épuration destiné à nous intimider sur le site du Carnet, à poser des caméras de surveillance cachées dans des faux troncs d’arbres et des fausses pierre, à violenter un membre de notre collectif, à surveiller les militant.e.s et qu’elle est prête à tout pour annihiler notre lutte.

😥 Quel niveau d’indécence et d’indignité faut-il pour démolir des habitations de personnes en lutte pour un monde soutenable et qui ne comptent pas leur temps et leur énergie malgré le contexte répressif ?

👉 Pourtant, le projet du Carnet reprend et les travaux peuvent avoir lieu n’importe quand dès maintenant, le Grand Port bénéficiant de toutes les autorisations pour effectuer les travaux. Le Grand Port Maritime a publié un appel d’offres destiné à effectuer des relevés faunistiques et floristiques sur le site naturel du Carnet et a contacté des paysans pour effectuer de l’éco-paturage pour mieux artificialiser la zone naturelle avec une belle dose détestable de greenwashing.

La lutte du Carnet nécessite donc une mobilisation forte et de chaque instant ! 💪❤️

👉 Nous en appelons donc à toutes les énergies qui voudraient soutenir notre lutte d’une manière ou d’une autre, chacun.e peut s’investir selon ses capacités, ses moyens et sans prendre de risques (nous savons que la répression peut freiner à nous rejoindre) ! Nous vous proposerons bientôt des pistes d’actions et des supports pour vous approprier la lutte contre le projet 😊👍

D’ici là, chaque soutien moral et financier compte, notamment via notre cagnotte en ligne (cotizup.com/stopcarnet), vous pouvez aussi apporter votre soutien via des dons matériels : matériaux de construction (bois, plexiglas, tôles …), outils, vieilles caravanes ou vieux camping-cars, vieux ordinateurs…

Dans ce cas faites signe par mail à zadducarnet@riseup.net ! 😊

💪 Aider notre collectif, c’est se battre contre les causes du dérèglement climatique et de l’effondrement de la biodiversité en luttant contre l’artificialisation de zones naturelles et humides et un projet dont l’existence même est une aberration contraire aux rapports scientifiques !

🛑 Stop aux violences envers les militant.e.s écologistes qui se battent malgré une hostilité ambiante et une répression violente. Stop au carnage au Carnet !

Nous comptons sur vous, nous avons besoin dead mais restons déterminé.e.s à faire abandonner le projet du Carnet ! 😉❤️

✊ Nous sommes la Loire qui se défend ! ✊

Soirée-causerie sur le Carnet face à la reprise du projet industriel (à St Hilaire de Chaléons le 25/08)

Le projet industriel du Carnet en rive de la Loire est relancé par le Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire !

En effet, l’appel d’offres pour les relevés naturalistes sur le site du Carnet, opération de com du GPM pour mieux faire avaler le projet et qui n’empêcheront en rien de raser ensuite le site, a été lancé.

Suite à ces relevés, rien ne peut empêcher juridiquement le Grand Port Maritime de lancer les travaux (cf arrêté préfectoral de 2017). Travaux qui pourraient donc démarrer dès l’année prochaine !

De plus, un éleveur bio a été contacté pour éventuellement faire pâturer ses moutons et chèvres sur la zone du projet, de quoi raser de manière tranquille la flore et la faune qui y est lié tout en donnant une image écologique au GPM…

Des pelleteuses pourront également commencer à venir sur site dès Août pour intervenir sur les zones où des plantes dites invasives sont présentes. Ces travaux sont les prémisces indispensables aux « mesures compensatoires » prévus pour le projet industriel du Carnet.

L’année dernière en les empêchant (grâce à l’implantation de la ZAD du Carnet), nous avons également pu voir les dégâts énormes qu’ils occassionnaient (décapage de 30cm de terre avec tous les végétaux et la faune sur plusieurs centaines de mètres !).

Face à la nécessité de relancer la lutte pour pouvoir résister aux travaux qui pourront démarrer rapidement et afin également d’informer des enjeux importants autour du site naturel du Carnet et de l’ampleur du projet (soutenu à l’échelle nationale et à portée Européenne), nous lançons un cycle de soirées-discussions sur le Carnet jusqu’à cet hiver*

La 1ère soirée-discussion aura lieu le mercredi 25 Août à Saint Hilaire de Chaléons à partir de 19h au lieu-dit La Prise

En espérant vous y voir nombreux/ses afin de nous rencontrer et de réfléchir ensemble aux moyens de protéger le site sauvage du Carnet en bord de Loire du carnage annoncé !

Le Carnet et l’Estuaire ont besoin de vous !

Nous sommes la Loire qui se défend !

Le collectif Stop Carnet et des ex-habitant-e-s de la ZAD du Carnet

https://stopcarnet.fr/

https://zadducarnet.org/

* Si vous êtes intéressées pour héberger une soirée-causerie sur le Carnet cet automne/hiver que ce soit dans le 44 ou ailleurs en France, contactez-nous à : stopcarnet@retzien.fr

Évènement Facebook auquel vous pouvez y inviter vos ami-e-s FB par ici :

https://www.facebook.com/events/339197654593166

——————————————————————————————————————————-

Pour rappel, le projet de parc industriel du Carnet à Frossay, extension prévue du Grand Port Maritime Nantes-Saint Nazaire (consortium plublic/privé), c’est :

  • 110ha de béton qui détruirait un site naturel où sont présents des espèces menacées de disparition et 116 espèces protégées au total !
  • Un site industriel supplémentaire en bord de Loire tandis que les projections climatiques indiquent une submersion chaque année dès 2030 et qu’une partie du site avait déjà été submergé durant la tempête Xynthia !
  • 500 000 m3 de remblais prévus pour réhausser une partie du site de 50 cm, soit l’équivalent de 58 000 camions-bennes d’une capacité de 13T !
  • Un trafic quotidien prévu de 550 camions et de 2900 véhicules!
  • L’accroissement du trafic portuaire et du dragage de la Loire, aux conséquences sanitaires et environnementales bien connues !
  • 51ha de zones humides détruites, ce qui augmentera encore le risque d’inondations pour les zones alentours !
  • Des produits chimiques utilisés pour la fabrication des technologies « vertes », augmentant ainsi le risque de pollution de la Loire !
    Des métaux rares provenant du pillage, de la destruction et de l’esclavage de régions des pays du sud !
  • Un des premiers sites industriels clés en main proposé par Macron aux industriels avec au passage une belle casse du droit environnemental ! Le site du Carnet étant concerné par une dérogation à la loi Littoral, à la loi sur l’eau et aux espèces menacées !
  • Une activité industrielle qui impactera la faune des environs par le bruit et la lumière nocturne occasionné ! Le projet de zone protégé aux abords du site ne sera pas si protégé que cela, le Carnet étant de plus situé sur une des principales voies de migration européenne de l’avifaune !
  • Sur les 12 sites retenus auparavant par le grand port sur les rives de la Loire, le site du Carnet a été retenu pour la place qu’il offrait, tandis qu’il s’agissait du site le plus impactant au niveau de la biodiversité et du risque de submersion !

Et nombre d’autres impacts qui indiquent bel et bien qu’il ne faut pas laisser passer cet énième projet insensé dans le 44, le plus gros projet de bétonnisation du département et soutenue à l’échelle nationale par Macron !

Plus d’informations sur le projet par ici :

https://zadducarnet.org/…/arguments-projet-industriel…/

https://stopcarnet.fr/le-projet-du-grand-port/

Abandon du projet de surf-park et du port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer : nos luttes paient !

Deux bonnes nouvelles se sont succédées ces dernières semaines concernant nos luttes contre les projets destructeurs et imposés dans l’Ouest ! Et les bonnes nouvelles, ça fait du bien, ça nous renforce et ça nous montre que nous avons raison d’agir et que nous sommes tous et toutes légitimes à le faire, alors on partage avec plaisir !

Nous savourons chaque bonne nouvelle, particulièrement en cette période où les catastrophes climatiques se succèdent et où nos droits et libertés sont toujours plus bafoués !

Abandon du projet de surf-park artificiel de Saint-Père-en-Retz (44)

Après 2 ans et demi de lutte, le projet de surf-park artificiel de Saint-Père-en-Retz a été abandonné ! Un énième projet aberrant écologiquement qui était sur le point d’être construit à 10 km de l’océan.

« Ce bassin à vagues artificielles aurait nécessité la destruction d’environ 20ha de terres agricoles (avec projets annexes), une consommation énergétique dantesque, un tourisme de masse polluant et aurait demandé des dizaines de millions de litres d’eau potables par an dans un territoire fréquemment en arrêté sécheresse ! »

Le collectif Terres Communes dans un article qui revient sur l’abandon du projet.

Rappelons néanmoins que des militants opposés au projet ont subi des violences de la part d’une milice et ont été poursuivis en justice. Soutien à eux et merci d’avoir permis une sensibilisation et un éclairage médiatique sur le projet !

Abandon du projet de port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer (85)

La nouvelle est tombée hier : le projet de port de plaisance de Brétignolles-sur-Mer est également abandonné !

Le préfet de la Vendée avait délivré les autorisations nécessaires à la réalisation du projet et les travaux avaient commencé sur le site en septembre 2019 sans attendre que les recours juridiques soient jugés.

Surf Rider Vendée, qui faisait partie des opposant.e.s au projet, a rappelé quelques informations sur le projet quelques jours avant le conseil communautaire :

Le projet n’a jamais fait l’objet d’une étude d’impact détaillée sur l’ensemble de son cycle de vie. Les risques de salinisation des nappes phréatiques n’avaient pas été écartées et le site représente un intérêt géologique majeur. Enfin, le projet n’avait été soumis à aucune consultation locale.

Les copaines de la ZAD de la Dune, qui s’étaient installé.e.s après le début des travaux pour en empêcher la poursuite, se sont exprimé.e.s sur cette victoire :

« Le conseil communautaire du pays de Saint Gilles vient d’avoir lieu, les « élus » locaux ont votés et le projet de port de Bretignolles-sur-Mer est abandonné ! 14 votes favorables au port.33 votes opposés. 🥳 Nous y sommes pour beaucoup, sans la ZAD qui aura existé 6 longs mois, les travaux auraient déjà bien avancés. Nous sommes ravis ! Continuons de bloquer les projets inutiles et imposés partout, continuons d’empêcher la betonnisation ! Car les luttes paient !! ✊  »

La ZAD de la Dune avait été détruite violemment lors du premier confinement en avril 2020. Les cabanes avaient été incendiées par une milice composée de gendarmes, riverain.e.s et d’agents de la municipalité, prouvant une nouvelle fois la fascisation montante et la violence envers les militant.e.s écologistes.

« Derrière les termes démantèlement de la ZAD comprenez, évacuation de 15 zadistes pacifiques par un bataillon de 70 gendarmes avec hélicoptère et drone aidé par des agents de la municipalité et 50 habitants et habitants appelé en renfort.

Ensuite, mise à feu des cabanes dont une bibliothèque que les zadistes avaient mis en place. Les fumées de ce gigantesque incendie ont pu être observées à des km à la ronde.  Puis saccage à la barre de fer des camions des zadistes pour certains ou certaines : c’était leur seule possession personnelle. Les zadistes ont été emmené dans différents commissariats pour contrôle d’identité puis relaché.e.s en pleine nuit sans solution de logement parfois à une heure et demi à pied du site.

Certaines des personnes dites bénévoles appelés par la mairie pour aider à cette besogne se sont satisfaits du bon nettoyage de la ZAD.

Comment une telle opération a-t-elle put être permise ? La préfecture dans un communiqué a indiqué qu’il s’agissait d’un acte d’intérêt général et les mesures barrières ont été respectées par la distribution de masques et le port de gants. »

Bravo et merci la ZAD de la Dune et aux copaines mobilisé.e.s, sans qui le projet destructeur de port de plaisance aurait été construit !

Continuons à nous mobiliser contre le projet de zone industrielle du Carnet afin qu’il ait la même issue : rejoignez-nous ! 😌❤️

Une petite liste non-exhaustive des projets destructeurs dans l’Ouest et au delà :

Rencontres Hors D’La Loire du 15 au 22 juillet

Rencontres Hors D’La Loire du 15 au 22 juillet, vers Saint Viaud (44320)

A l’initiative d’habitant-es de la ZAD du Carnet, les rencontres « Hors D’La Loire » se dérouleront du 15 au 22 juillet dans le pays de Retz. Il y aura des espaces pour se rencontrer, entremêler nos luttes, s’informer sur les activités des industries du Grand Port, s’organiser pour contrer son impact mortifère, mais aussi se détendre.

Nous souhaitons ÉCHANGER sur nos pratiques et expériences d’organisations collectives ; sur nos manières de lutter individuellement et collectivement contre les oppressions et les dominations systémiques.

S’INFORMER sur l’histoire de l’estuaire de la Loire et du Grand Port Maritime de Nantes St Nazaire (GPMNSN) ; mais aussi s’informer sur l’impact des activités des industries du Grand Port sur les territoires à travers le monde.

QUESTIONNER notre modèle de production énergétique, ses énergies dites « vertes » et son extractivisme ; notre modèle productiviste d’industrialisation de l’agriculture et ses dynamiques d’accaparement des territoires ; nos rapports au vivant.

S’ORGANISER ensemble face à la tenue du Sommet de l’énergie offshore à St Nazaire en septembre prochain. Nous appelons à l’organisation collective d’un Contre-Sommet contre l’éolien OffShore et son monde : il serait l’occasion de visibiliser les exactions que nos grandes industries perpétuent partout dans le monde et d’agir en solidarité aux communautés impactées.

SE DÉTENDRE en participant à des jeux, des ateliers, des concerts acoustiques et repas partagés.

Le programme sera principalement libre et construit ensemble au fil des envies de chacun·e et dans le but d’apprendre ensemble et combler nos lacunes sur ces thématiques passionnantes mais complexes. La cuisine sera collective, prend ton cake et tes carottes !

Les copaines de la Zad du Carnet ont préparé un chouette programme (indicatif, à construire ensemble au gré des envies de chacun.e sur place) :

😡 Focus sur l’estuaire de la Loire colonial

⚡ Questionnements sur notre modèle énergétique et l’extractivisme

🌬️ Éoliennes offshores et organisation d’un contre-sommet

🛑 Lutte du Carnet

🐦 Mondes sauvages

🥰 Soin et regard sur nos luttes

🐷 Agriculture industrielle

👉 Colonialité dans les milieux militants

Des rencontres et des échanges (et des jeux, du repos et plus encore) pour en découdre avec le Grand Port Maritime Nantes / Saint-Nazaire et son monde colonial ! ✊

Hâte de vous y voir ! 😊

Alors rendez-vous en juillet pour se retrouver et mêler nos luttes ! Ramène ta tente ou ton camion, ton énergie et tes idées !

Toutes les infos à retrouver ici : https://horsdlaloire.noblogs.org/

Contact : horsdlaloire@riseup.net

Quatre membres du collectif Stop Carnet et soutien poursuivi.e.s au tribunal correctionnel pour organisation de manifestation illicite

🛑 Stop à l’acharnement policier et judiciaire envers les militant.e.s du Carnet 🛑

😡 Les intimidations, violences et la criminalisation des militant.e.s de la lutte contre le projet de zone industrielle du Carnet se font de plus en plus fortes et montent en puissance depuis quelques semaines.

Lire notamment le récit de Reporterre et notre article sur notre mobilisation du 5 et 6 juin

Il s’agit évidemment d’une stratégie politique destinée à nous épuiser et nous pousser à abandonner notre lutte. Cet acharnement nous prouve que l’État et le Grand Port Maritime Nantes / Saint-Nazaire sont bien déterminés à mener leur projet à bout.

🚨 Gardes à vues abusives pour des motifs ridicules (manifestation non déclarée), arrestation violente et illégale donnant lieu à plus de 10 jours d’ITT, passages répétés d’hélicoptères de la gendarmerie (plus de 60 passages d’hélicoptères sur une des fermes d’un militant en 2 ans !), passages répétés de véhicules de la gendarmerie mais aussi de véhicules avec plaques d’immatriculation type voiture diplomatique (cellule DEMETER ?), surveillance régulière de l’habitat de portes paroles de la lutte au Carnet…

😡 À cette répression ahurissante payée honteusement par l’argent des contribuables s’ajoute des actions inquiétantes de la part de civil.e.s (menaces de morts (dont une en plein conseil municipal d’une commune d’un militant), d’incendies sur des fermes de militant.e.s, passages répétés de véhicules de jour comme de nuit sur ces mêmes fermes, agressions en groupe sur des terrains d’un des paysans militant, vol de bois, de foin, diffamations, intimidations multiples, sabotages…).

🚨 Les plaintes déposées auprès des autorités n’ayant pas de suites ou étant refusées d’emblée par la gendarmerie (pourtant les gendarmes adorent nous dire qu’ils sont là pour nous protéger à chacune de nos mobilisations !).

🚨 Avant-hier, quatre membres du collectif Stop Carnet ont reçu des convocations pour comparaître devant le tribunal correctionnel en mai 2022 pour « organisation de manifestation illicite », pour l’organisation de la manifestation contre le projet du Carnet qui a eu lieu le 30 août 2020. Pourtant, des manifestations non déclarées ont lieu partout en France régulièrement sans la moindre poursuite judiciaire…

L’Etat et ses fier.e.s représentant.e.s souhaitent nous faire taire et nous faire perdre notre temps, notre énergie et notre argent avec un motif d’inculpation aberrant.

❤️ Nous avons donc besoin de soutien et comptons sur votre présence lors de nos prochaines mobilisations. Vous pouvez nous aider en participant financièrement à notre cagnotte en ligne, en relayant les actualités de notre lutte, en participant à nos actions, en organisant des cantines de soutien ou des comités de soutien délocalisés… 🥰

Montrons à l’État que nous continuerons à nous battre malgré toutes les tentatives de musellement à laquelle il nous confronte ! ✊

Pour un monde soutenable, digne et juste pour tous et toutes et pour que vive le Carnet libre et sauvage ! 💚🐦🌿

Rappel de la répression et surveillance de la lutte :

Repas paysan bio en soutien à la lutte du Carnet (à prix libre), dimanche 20 Juin à 13h sur la ferme Permabocage (Le Pin, 44320 Chauvé)

Convivialité et solidarité face à la répression !

Depuis plusieurs mois, les lanceur/euse-s d’alerte et militant-e-s écologistes subissent dans le Pays de Retz (44) une répression d’Etat de plus en plus acharnée et violente !

Que ce soit pour leurs engagements contre les magouilles de la FNSEA, contre le projet absurde du Surf Park de Saint Père en Retz ou dernièrement contre le projet industriel destructeur au Carnet; ils/elles se voient subir convocations sur convocations, procès absurdes, arrestation violente, harcèlements de la gendarmerie, intimidations, menaces de mort et agressions de civils couverts par les autorités !

Plus d’informations à ce propos sur le blog du collectif Stop Carnet et du collectif Terres Communes.

Nous ne lâcherons cependant rien !

Si nous cédons à cette politique de bâillonnement de nos libertés d’expression et de manifestation, nous abdiquons face à un système mortifère qui parviendra bien plus facilement à détruire notre avenir, celui du vivant et nos libertés !

Votre solidarité et votre participation à la lutte n’a jamais été aussi vitale que maintenant !

C’est pourquoi nous avons prévu à partir de Juin, plusieurs temps de rencontres dans des fermes soutiens à la lutte, dans des lieux où la répression ne pourra briser la solidarité et la convivialité.

L’occasion de discuter ensemble autour d’un bon repas d’où en est la lutte, de la manière dont vous pouvez y participer de près ou de loin, de vous renseigner sur les enjeux du projet du Carnet et des politiques industrielles destructrices du Grand Port Maritime.

L’occasion tout simplement de passer un beau moment ensemble, de créer des liens et de se sentir plus fort-e-s collectivement.

Nous espérons vous y voir nombreux et nombreuses !

1ère date de rencontre conviviale : Dimanche 20 Juin à partir de 13h, sur la ferme Permabocage (Le Pin, 4430 Chauvé)

Repas avec des légumes bio de la ferme en soutien à la lutte ( à prix libre), suivi d’une balade naturaliste et de discussions sur la lutte du Carnet et l’Estuaire de la Loire.

Ramenez juste vos boissons à partager et écocups 😉

Et n’hésitez pas à envoyer un email à stopcarnet@retzien.fr pour avoir une idée du nombre de personnes qui seront présent-e-s.

A très vite ! On compte sur vous 😉

Nous sommes la Loire qui se défend !

Le collectif Stop Carnet et la ZAD du Carnet
https://stopcarnet.fr/
https://zadducarnet.org/

L’évènement facebook :

https://www.facebook.com/events/236445048288783

Vous pouvez également nous soutenir en nous faisant un don par ici :

https://www.cotizup.com/stopcarnet

Un week-end de mobilisation contre le projet destructeur Carnet placé sous le signe de la répression

Organiser des évènements militants dans un contexte répressif et autoritaire devient extrêmement difficile et ce particulièrement en milieu rural où les luttes sont malheureusement souvent invisibilisées. La répression de nos évènements du week-end a dépassé tout ce que nous pouvions imaginer, nous obligeant à jouer constamment au chat et à la souris avec les dispositifs policiers et notre copain interpellé violemment est actuellement toujours en garde à vue.

Un très méchant pique-nique très réprimé

Samedi, nous avons organisé un simple pique-nique ainsi qu’une balade naturaliste en bord de canal afin de nous retrouver, d’échanger sur la lutte du Carnet et l’industrialisation de l’estuaire de la Loire.

Mais la mairie de Frossay a délivré des arrêtés municipaux pour interdire la circulation et le stationnement pour risque avéré de « rave party ».

(Si nous ne sommes pas contre la danse libre, il s’agissait seulement de manger des méchantes chips accompagnées de méchants bouts de pain, on nous y reprendra plus !)

Nous avons donc dû déplacer le lieu de notre pique-nique au dernier moment. En rejoignant le lieu de notre pique-nique, nous avons découvert un dispositif policier surréaliste : une vingtaine de camions de gendarmes mobiles encerclaient le Carnet, nous avons croisé 4 camions de gendarmes mobiles et nous avons été escortés par 4 motards.

Motards, camionnettes de gendarmerie  et voitures banalisées ont circulé régulièrement ou sont restés en stationnaire toute la journée pour effectuer des contrôles, décourageant ainsi les potentiel.le.s participant.e.s de nous rejoindre. Les gendarmes ont également relevé les plaques d’immatriculation des voitures présentes en cachette.

Certains gendarmes nous ont dit eux-mêmes ne pas comprendre ce qu’ils faisaient, ne pas vouloir répondre à nos questions et ne répondre qu’aux ordres.

Par ailleurs, lorsque nous avons évoqué la complicité de la gendarmerie lors de l’épandage des boues de station d’épuration sur la route du Carnet avant notre week-end de mobilisation fin août, un gendarme nous a dit qu’il s’agissait d’individus isolés ! (La mise en place de caméras de surveillance cachées et hyper sophistiquées dans des fausses pierres et faux tronc d’arbres est probablement également le fait de gendarmes isolés qui sont décidément bien nombreux !)

Heureusement, nous avons tout de même passé une belle journée sous le soleil aux écluses de Buzay et de chouettes échanges et liens ont pu émerger, en plus de renforcer notre solidarité !

Une manifestation champêtre sous haute protection policière

Nous étions 250 hier à manifester contre le projet du Carnet. Nous avons également dû préciser la localisation exacte de notre manifestation au dernier moment pour anticiper les potentiels blocages ou contrôles policiers. La haute surveillance policière, les nombreux camions de gendarmes mobiles, les contrôles par des gendarmes armés de fusil ou de FAMAS ainsi que les arrêtés municipaux interdisant la circulation et le stationnement ont eu raison de notre mobilisation alors que nous étions 1500 fin août.

Le cortège a rejoint Frossay dans une ambiance bon enfant mais sous la surveillance accrue des renseignements généraux et les prises de parole ont bien entendu été filmées de près. La manifestation s’est très bien déroulée et aucun dommage ni heurt n’est à déplorer.

Photos Collectif Stop Carnet et Suvann (nous vous encourageons à consulter ses magnifiques photos !)

Interpellation brutale et expéditive d’un membre du collectif Stop Carnet, paysan bio pacifique, dont les problèmes de santé étaient connus des services de gendarmerie

Alors que nous quittions la zone de stationnement après notre manifestation, 5 camions de gendarmes mobiles armés se sont garés sur le bas côté et sont venus extraire violemment un copain paysan bio de 62 ans d’un véhicule et l’ont interpellé puis jeté dans un fourgon. Cette extraction forcée par la gendarmerie est illégale et son interpellation ne fait que confirmer l’acharnement policier et judiciaire dont ce lanceur d’alerte dans le Pays de Retz est victime depuis des années. Par ailleurs, notre copain subit des problèmes de santé dont un coccyx brisé qui lui cause un arrêt de travail et les gendarmes sont bien évidemment au courant. Sa garde à vue a été prolongée à 48h, avec un risque de comparaître dès demain au tribunal.

Le médecin de garde qui l’a examiné en garde à vue atteste de « coups et blessures » et est choqué sans avoir assisté à la scène.

La trentaine de personnes qui souhaitaient partir de la zone de stationnement ont été nassé.e.s par plusieurs dizaines de gendarmes mobiles sans aucune raison.

Photos Collectif Stop Carnet et Suvann

Notre copain, est inculpé pour « menaces de crime ou délit envers un dépositaire de l’autorité publique », menaces que nous n’avons aucunement entendu pendant la mobilisation. En revanche, notre copain subit régulièrement des menaces de mort et intimidations et ses plaintes ne sont pas prises par la gendarmerie locale.

Plus d’infos sur ce que subit Hubert et d’autres lanceur/se-s d’alerte dans le Pays de Retz sur le blog du collectif Terres Communes et notre blog.

Nous sommes encore sous le choc face au terrorisme d’Etat qui nous est infligée. Un pique-nique et une manifestation bon enfant mais ultra réprimés qui montrent la violence d’un régime autoritaire et une impossible dissidence politique et contestation.

Nous nous battons contre un projet destructeur porté par les acteurs économiques et politiques en catimini.

Nous nous battons pour un monde digne et juste pour tous et toutes, pour une vie soutenable et contre l’effondrement de la biodiversité et le dérèglement climatique mais nous sommes pourtant considéré.e.s comme des terrroristes et des ultra-violent.e.s.

Les membres de notre collectif, les soutiens à la lutte et les riverain.e.s du Carnet subissent des vols d’hélicoptère au-dessus de leur domicile, des gardes à vue, des véhicules de gendarmerie devant leur domicile. Une véritable ZAD bleue a fait place aux barricades joyeuses et colorées de la ZAD du Carnet faisant peser des contrôles et un dispositif policier incroyable autour du Carnet.

Qui sont les terroristes et ultra violent.e.s ?

Combien d’argent public gâché au service d’un projet écocidaire et pour préserver les intérêts du Grand Port Maritime Nantes-Saint-Nazaire dont les conséquences sociales et environnementales détruisent l’estuaire de la Loire ?

Solidarité avec notre copain enfermé et les militant.e.s qui subissent une répression de plus en plus forte visant à décourager toutes formes de luttes !

De nouvelles formes de mobilisation vont prendre forme ces prochaines semaines afin de relancer notre lutte et garantir des espaces sécurisés pour celles et ceux qui souhaiteraient nous soutenir !

À bas l’Etat policier et à bas l’autoritarisme !

Pour que vive le Carnet libre et sauvage !

Nous sommes la Loire qui se défend et la Loire qui attaque !

Pour nous soutenir financièrement, merci d’avance :

https://www.cotizup.com/stopcarnet

[MAJ du 9 Juin] :

Dans la presse :

https://actu.fr/pays-de-la-loire/frossay_44061/loire-atlantique-arrete-apres-la-manifestation-contre-le-projet-du-carnet-il-va-porter-plainte-pour-coups-et-blessures_42516407.html

⚠️ Un membre du Collectif Stop Carnet en garde à vue ⚠️

‼️ Interpellation violente d’un militant de Stop Carnet âgé d’une soixantaine d’années !

La terreur d’Etat monte en puissance au Pays de Retz ‼️

👉 Nous nous sommes retrouvé.es ce dimanche 6 juin pour une manifestation joyeuse et pacifique autour de la commune de Frossay, pour exiger l’abandon définitif du projet destructeur au Carnet.

🚨 Un dispositif démesuré nous attendait sud Loire pour encadrer cette manifestation pourtant jugée « bon enfant » : la zone était quadrillée par les gendarmes de Vue à Saint Brevin..
Tout ça pour quelques 250 personnes qui défilaient paisiblement en chantant, dans la joie et la bonne humeur.

🚨 Alors que la manifestation se dispersait, dans le calme, et que les participant.es regagnaient leurs vehicules, cinq fourgons de gendarmerie mobile se sont déployés aux abords de la route, le long du parking.

Les manifestant.es n’osaient pas sortir en voiture de peur de se retrouver bloqué.es ou interpellé.e.s .

🛑 Un membre du collectif Stop Carnet s’est alors avancé pour s’assurer que tout le monde allait pouvoir quitter les lieux sans encombre. Les gendarmes lui ont affirmé que la voie était libre et lui ont garanti qu’ils n’allaient pas contrôler, interpeller ou bloquer les personnes présentes.

La voiture qui conduisait ce copain de Stop Carnet s’est alors engagée et s’est retrouvée immédiatement bloquée par une ligne de gendarmes qui ont immobilisé le véhicule.

Les gendarmes ont ouvert les portes et ont saisi violemment le camarade de Stop Carnet pour l’arracher de la voiture.
Ils l’ont plaqué brutalement au sol, lui ont passé les menottes, l’ont traîné sur plusieurs mètres pour le jeter à plat ventre dans une camionnette de gendarmerie, qui s’est empressée de déguerpir sur le champs, alors même qu’il n’était pas attaché ou même assis.

Mais qu’est ce qui justifie l’usage d’une telle violence ?

Qu’est ce qui justifie une interpellation si brutale et expéditive ?

😡 Le membre du collectif Stop Carnet est toujours en garde a vue à l’heure où nous écrivons ces lignes.

😡 Un médecin a attesté la présence de coups et de blessures sur le prévenu.

Nous dénonçons ce climat de terreur qui règne contre les lanceurs d’alerte et militante.s écologistes au Pays de Retz depuis quelques années et qui ne fait que de s’emplifier.

Plus d’info à retrouver bientôt !

➡️ On vous donne RDV demain à 10h devant le commissariat de Pornic pour soutenir le camarade inculpé ! ✊

Merci par avance pour votre soutien et votre solidarité ❤️

Nous sommes la Loire qui se défend ✊

🛑 INFOS PRATIQUES À LIRE SUR LA MOBILISATION : CHANGEMENT DE LOCALISATION 🛑


🚨 Suite aux arrêtés municipaux interdisant la circulation et le stationnement aux alentours du point de rendez vous du pique nique prévu ce samedi 6 juin 2021,nous avons décidé de modifier le lieu du rassemblement pour qu’il puisse se dérouler le plus paisiblement possible.

👉 Notre but est de nous retrouver et de faire de cette journée un moment de rencontres, de partage d’expériences et de connaissances autour de l’estuaire de la Loire et de son histoire.

Nous ne voulons pas laisser les forces de l’ordre gâcher ce rassemblement. Merci par avance de bien vouloir accepter ce petit changement de localisation.

😡 Nous dénonçons les moyens démesurés mis en place pour interdire, bloquer et réprimer ce rassemblement pacifique et bon enfant.

😡 L’helicoptere de la gendarmerie a survolé plusieurs fois aujourd’hui les communes avoisant le carnet.
Des cars de gendarmerie mobile sont stationnés à Saint brevin dans l’attente du feu vert pour réprimer tout déplacement collectif jugé « subversif ».

😡 L’état et la commune de Frossay font preuve une fois de plus d’une dérive autoritaire qu’il est important de contester.

Il y a urgence à manifester notre amour et détermination pour défendre l’île du Carnet ❤️

Il y a urgence à ne pas céder à la peur ainsi instaurée, à la répression ainsi banalisée ✊

Laissons notre ardeur de vivre et notre determination prendre le pas sur leurs tentatives de criminalisation ! 🔥

Ce dispositif pour réprimer un pique nique et une balade naturaliste est absurde.

Soyons nombreux.ses à nous retrouver demain matin ✊ !

⚠ Afin de ne pas inviter la gendarmerie au point de rassemblement, nous ne vous le delivrerons qu’au dernier moment

®️ RDV vers le Pellerin en direction du Canal de la martiniere, des indications vous guideront jusqu’au pique nique.

📣 Une ligne d’info sera ouverte pour vous guider par téléphone si vous êtes perdu.e.s ou bloqué.e.s :
0605817835

Des infos pour la manifestation de dimanche seront en ligne sur les réseaux sociaux dès demain !

✊ Nous sommes la Loire qui se défend ✊

Le collectif Stop Carnet et la Zad du Carnet

Répression au Carnet : Le grand Quizz !

⚠️ 2 membres du Collectif Stop Carnet et un soutien placé.e.s en garde à vue ce lundi 17 mai, dans le cadre d’une enquête sur l’organisation d’une manif non déclarée en août 2020… Et si on se détendait un peu ☀️🙃 ?

➡️ Hésitez pas à participer à la cagnotte de soutien à la lutte si vous le pouvez : https://www.cotizup.com/stopcarnet

➡️ Toutes les infos sur notre prochain week-end de mobilisation les 5 et 6 juin : https://stopcarnet.fr/…/mobilisation-festive-pour-un…/

MOBILISATION FESTIVE POUR UN CARNET LIBRE ET SAUVAGE – 5 & 6 JUIN 2021

Mobilisons nous pour un Carnet libre et sauvage!

Les habitant·e·s de la ZAD du Carnet ont été expulsé·e·s mardi 23 mars par un dispositif répressif important, mais la ZAD reste elle bien là et vivante avec ses 400 hectares de zone humide et sauvage, ainsi que tou·te·s ses habitant·e·s non humain·e·s !

Le projet d’aménagement du Carnet est actuellement suspendu, aucun nouveaux travaux n’a pu avoir lieu depuis l’implantation de la ZAD du Carnet, aucune entreprise n’a manifesté l’envie de s’implanter au Carnet, grâce à la lutte que nous avons mené ensemble jusque là, mais il n’est pas annulé et nous devons resté·e·s vigilant·e·s et mobilisé·e·s.

Nous sommes tristes et en colère de l’expulsion des habitant·e·s de la ZAD du Carnet, mais nous restons tou·te·s déterminé·e·s à continuer la lutte pour un Carnet libre et sauvage, sans projet du Grand Port, ni gestion «écologique » de la zone par ce même Grand Port.

Nous proposons de se retrouver le week-end des 5 – 6 juin pour un week-end de mobilisation festive afin d’enterrer définitivement le projet .

Le programme !

Samedi 5 juin

INFOS PRATIQUES DE DERNIERE MINUTE IMPORTANTES SUITE AUX ARRETES MUNICIPAUX VISANT A EMPECHER NOTRE MOBILISATION, changement de lieu pour Samedi : https://stopcarnet.fr/2021/06/04/%f0%9f%9b%91-infos-pratiques-a-lire-sur-la-mobilisation-changement-de-localisation-%f0%9f%9b%91/


11h : pique nique. Rendez-vous devant le Quai Vert à Frossay (changement de lieu, cf lien d’article ci-dessus)
14h : balade naturaliste au départ du Quai Vert à Frossay (changement de lieu, cf lien d’article ci-dessus)
Et toute la journée à partir de 11h : discussions notamment sur les suites de la lutte au Carnet et dans l’Estuaire de la Loire

Dimanche 6 juin


14h00 : Manifestation pour l’abandon définitif du projet.

Rendez-vous dans le bourg de Frossay !

Pour les personnes venant de loin, des informations sur l’hébergement seront à venir très prochainement sur zadducarnet.org ou stopcarnet.fr.

Afin de limiter les risques liés au Covid sur place :
– Apportez un masque avec vous et portez le lorsque vous serez en intérieur
– Il y aura du gel hydroalcoolique à disposition

Nous tenons à nous excuser auprès des personnes ne pouvant prendre le risque de venir à cause de nos moyens anti-covid.

Tant que le projet du Grand Port ne sera pas abandonné, il continuera de nous trouver sur son chemin pour l’empêcher de bétonner l’Ile du Carnet !

Nous sommes tou·te·s des enfants du Carnet !


L’évènement facebook : https://www.facebook.com/events/155756359727562

Nous sommes la Loire qui se défend !

Malgré l’expulsion de la ZAD, la lutte continue pour faire abandonner tout projet au Carnet !

La Zad du Carnet a été expulsée.

👉 Des lieux de vie ont été détruits, broyés sans état d’âme par des forces de l’ordre obéissant aveuglement à un état dévoyé.
Notre collectif, STOP CARNET, remercie toutes celles et ceux qui ont lutté depuis 7 mois pour que vive l’ancienne île du Carnet.

Nous saluons leur courage, leur détermination, leur engagement sans faille, malgré des conditions souvent difficiles, malgré le froid, la pluie, les pressions, les calomnies, les invectives, les provocations, les manipulations du Grand Port et des élu.e.s en place.

👉 La ZAD fût le lieu de magnifiques échanges d’amitié, de générosité, de solidarité, d’entraide, de rires, de chansons, d’espoirs mais aussi de doutes et de craintes. Une chose est sûre : les habitant.e.s de la ZAD du Carnet ne sont pas ce que les médias et politiques aiment dépeindre, et nous le savons mieux que quiconque après ces 7 mois de lutte à leur côté.

🛑 UN AN DE LUTTE ET DÉJÀ DES AVANCÉES

👉 Notre incroyable élan n’est aucunement stoppé malgré l’évacuation violente de la ZAD, un nouveau cycle commence et nous avons toutes et tous remporté une première manche :
● Un moratoire a été mis en place, faisant vaciller le projet de zone industrielle du Carnet.
● Le Grand Port est dans une communication frileuse et hésitante après 1 an de silence.
● Les élus locaux se félicitent de l’expulsion de la ZAD sans pour autant avoir sensibilisé aux aberrations écologiques du projet du Carnet. Leur devoir démocratique est nié et leur incompétence à informer la population locale sur un projet destructeur est désormais connue de tous et toutes.
● Un recours contentieux prouvant l’illégalité du projet est en cours avec l’association Notre Affaire à Tous.

Sans le travail du Collectif et de la ZAD, le projet du Carnet aurait été réalisé en catimini et seule la ZAD a permis d’empêcher la poursuite des travaux.
La ZAD a permis un éclairage médiatique soutenu sur ce projet en totale contradiction avec les enjeux écologiques et les discours politiques.

🛑 LA LUTTE CONTINUE POUR FAIRE ABANDONNER DÉFINITIVEMENT TOUT PROJET AU CARNET

👉 D’autres combats pour sauver définitivement l’île du Carnet nous attendent. Nous, Stop Carnet et habitant.e.s de la ZAD qui ont lutté pendant 7 mois, sommes prêt.e.s.

Toutes et tous, nous n’apportons aucun crédit aux effets d’annonce du Grand Port quant au pseudo abandon du projet destructeur du Carnet.
Nous dénonçons le conflit d’intérêt assumé par Christelle Morançais, à la fois Présidente de Région et trônant au conseil de surveillance du Grand Port.
Nous dénonçons certains lobbystes élus, en embuscade, attendant patiemment leur heure pour mener leurs projets écocidaires.

👉 La lutte continue jusqu’à l’abandon officiel de tous projets présents et à venir sur le site et jusqu’à la sanctuarisation pérenne de l’ancienne île du carnet.
La lutte continue pour stopper toute vélléités de « gestion » de la nature, une vaste imposture écologique.
La lutte continue pour empêcher les chasseurs de s’approprier le site et d’en faire à nouveau leur sanglant terrain de jeux
La lutte continue pour sauver 116 espèces menacées et empêcher à terme la bétonisation de 110ha dont 51 ha de zones humides
La lutte continue pour un Carnet libre et sauvage ! 🦌🐦🌿
Elu.e.s et détracteur.rice.s n’en ont pas fini avec nous !

🛑 NOUVELLE MOBILISATION LES 8 ET 9 MAI

👉 Militant.e.s, collectifs, associations, défenseur.se.s de l’environnement et de la biodiversité de France et d’ailleurs, rejoignez-nous pour un grand moment festif et de soutien à la lutte du Carnet le week-end du 5 et 6 juin ! D’autres formes de mobilisation contre le projet du Carnet vont prendre forme et vie ! ❤

Toutes les informations seront communiquées au plus vite sur stopcarnet.fr et zadducarnet.org

Nous sommes toutes et tous les enfants du Carnet ! ✊

CARNA’ZAD : retour en images sur la mobilisation festive !

Quelques images de la manifestation festive, joyeuse et colorée organisée par la Zad du Carnet qui a eu lieu ce samedi !

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies au Jardin Etoilé de Paimboeuf et ont rejoint la ZAD dans un cortège d’interlopes (en référence aux propos stigmatisants de l’avocat des élus demandant l’expulsion de la ZAD auprès du tribunal administratif) libres, sauvages et révolté.e.s ! ✊🎼🥁

Malgré la répression, les fouilles, les contrôles, les blocages des routes et les tentatives de dissuasion de toutes parts, nous avons montré que notre détermination à faire annuler le projet de zone industrielle du Carnet était plus que jamais présente 🖤

Une vidéo de la manifestation à retrouver sur Twitter :

🛑 Stop aux projets destructeurs partout en France qui sont réalisés sans aucune sensibilisation de la population

❤️ Soutien à la Zad du Carnet et à toutes les ZAD qui occupent les sites destinés à être détruits et permettent de faire un éclairage médiatique et politique sur ces projets en proposant des alternatives résilientes et résistantes ! Zad de la Colline ZAD du LienZablière – Zad d’Arlon ZAD du triangle de Gonesse

🥰 Merci à celles et ceux qui soutiennent la lutte du Carnet et qui ont participé à ce beau week-end de mobilisation festive et au week-end anti-carcéral !

Le collectif Stop Carnet aime la ZAD du Carnet et lui renouvelle tout son soutien face à la menace d’expulsion constante.

📸Nantes Révoltée Radicolos L’affreux Jojo Allan Gauvin Blu Nantes

Nouvelles de la ZAD : menace d’expulsion constante, CARNA’ZAD et vie collective !

Malgré la menace d’expulsion constante (face à laquelle vous pouvez apporter votre soutien), la vie continue à la ZAD du Carnet :

🗓 Le CARNA’ZAD Au Carnet se prépare ! Rendez-vous samedi 6 mars à partir de 14h à Paimbœuf pour une manifestation printanière, joyeuse et colorée en soutien à la ZAD 🎶🌸

« Ramène tes caissons, ton déguisement, ton masque et si t’habites loin : prends ta tente et rejoins la résistance ! 👍« 

👉 Le soleil remontre le bout de son nez au Carnet et les zones humides et la zone naturelle sont peuplées de toutes sortes d’êtres vivants à poils, à plumes ou à écailles ! 🐦🐗🐾🦎La ZAD continue de les protéger du projet de zone industrielle 🙅‍♂️🙅‍♀️

🏡 La Catahutte, cabane auto-construite en matériaux de récupération et en roseaux, est encore plus belle sous le soleil ! 😍

❤️ Le four à pain auto-construit accueille gâteaux et pizzas faits avec amour collectivement !

À samedi à Paimboeuf !

✊ Nous sommes la Loire qui se défend ! ✊

Omissions, mensonges et ouin-ouin : stop au déni démocratique sur le projet du Carnet !

Quelques nouvelles de la lutte du Carnet qui s’est intensifiée depuis un mois :

👉 Le préfet s’est prononcé pour la première fois depuis 6 mois dans les médias pour déclarer que l’Etat pouvait désormais intervenir à tout moment pour expulser la ZAD. Le préfet a relayé des mensonges afin de poursuivre la stigmatisation des habitant.e.s de la ZAD (le bus scolaire n’a jamais été bloqué !).

Le préfet n’a évidemment pas évoqué les irrégularités du projet de zone industrielle du Carnet et le recours contentieux effectué contre la préfecture pour illégalité des travaux déjà réalisés et illégalité du projet.

👉 Avez-vous déjà vu des élus condamner l’illégalité d’une occupation (qui empêche un projet écocidaire illégal) en faisant une action illégale ? 😂

Les élus locaux (maires des communes environnantes, sénateur.rice et député.e) ont manifesté devant la préfecture pour faire expulser la ZAD au plus vite.

Oups !

Nous sommes en pleine crise sanitaire, économique, sociale et écologique mais les élus n’ont rien d’autres à faire que d’aller faire ouin-ouin devant la préfecture. La honte ! Visiblement, les élus ne manquent pas d’énergie pour condamner la ZAD mais en manquent cruellement lorsqu’il s’agit de sensibiliser les citoyen.ne.s aux conséquences du projet…

Rappelons que contrairement à leur manifestation symbolique d’un entre-soi méprisant, notre mobilisation a rassemblé 1500 personnes fin août !

👉 Un bref rappel des faits.

Le projet du Carnet c’est :

  • 110 ha de zone naturelle artificialisée dont 51 ha de zone humide,
  • un projet en zone submersible,
  • un remblaiement de 550 000 m3 dont la moitié issue du dragage de la Loire (comme si la Loire était un objet dont on pouvait disposer à notre guise),
  • 116 espèces protégées
  • 550 poids lourds par jour autour de la zone
  • de multiples dérogations au droit environnemental
  • un projet qui n’a attiré aucun investisseur en 10 ans.

Si vous ne voulez pas de 550 poids lourds par jour devant chez vous, vous êtes contre le projet du Carnet. On ne fait pas ailleurs ce qu’on ne veut pas devant chez soi.

Si vous êtes sensibilisé.e à l’écologie, vous êtes contre le projet du Carnet.

Si la crise sanitaire, sociale et économique vous touche, vous êtes contre le projet du Carnet. L’artificialisation des sols accentue les zoonoses et donc les pandémies.

Et si vous êtes contre le projet du Carnet, faites-le savoir autour de vous et apportez votre soutien à la ZAD qui en a besoin plus que jamais ! ❤️

Prochaine mobilisation le 6 mars : CARNA’ZAD à Paimboeuf !

📅 Participez au CARNA’ZAD, mobilisation festive printanière samedi 6 mars en soutien à la ZAD ! 🌈🌼

Ça va swinguer, ça va chanter, ça va guincher contre la grisaille du béton ! 🎶🎉

Non au projet du Carnet.

Non à l’expulsion de la ZAD.

Non à la stigmatisation de la ZAD sans n’y avoir jamais mis un pied ou sans avoir pris le temps d’échanger avec les habitant.e.s.

Non aux élus qui ne défendent que leurs intérêts privés et n’informent pas leurs administré.e.s des projets destructeurs.

✊ Avec vous, tous ensemble, nous sommes la Loire qui se défend ! ✊❤️

ZAD du Carnet : STOP aux mensonges !

Ces derniers jours, la lutte du Carnet a fait les gros titres des journaux. Stigmatisation, manipulation, discrédit, calomnies, mensonges outranciers, propos spécieux : rien n’aura été épargné aux habitant.e.s de la Zad du Carnet.

Il s’agit sans aucun doute d’une manœuvre orchestrée pour discréditer notre combat écologique et politique contre le projet de zone industrielle au Carnet.

🛑 Nous dénonçons les mensonges et appelons les élu.e.s et le Grand Port à cesser ce jeu de dupe indigne de leurs fonctions.

🛑 Nous appelons également les journalistes à ne pas colporter des propos mensongers et à vérifier les faits. Nombre de documents officiels prouvant la duplicité du Grand Port et des élu.e.s sont à leur disposition !

👉 JETS DE PIERRE ET BARRE DE FER

L’huissier de justice venu indiquer l’expulsion de la ZAD n’a pas été accueilli par des jets de pierre et des barres de fer. Il s’agit d’une manoeuvre mensongère destinée à justifier l’expulsion de la ZAD. En revanche, nous n’avons entendu aucun.e élu.e s’indigner de la tentative d’homicide volontaire réalisée par une milice sur le parking de la ZAD et des violences réalisées à la barre de fer sur 2 habitant.e.s de la ZAD. La violence est invoquée de manière mensongère et disproportionnée lorsque cela les arrange.

👉 BLOCAGE DE LA DÉPARTEMENTALE

Le soi-disant blocage de la route départementale D177 par la ZAD est également mensonger : la portion de route occupée est un cul de sac qui mène au portail installé par le Grand Port Maritime pour empêcher l’accès au site du Carnet (site qui devrait appartenir juridiquement au domaine public puisqu’il s’agit d’un bras de la Loire, remblayé illégalement par les autorités dans les années 70).

Aucune circulation n’est empêchée autour de la ZAD, à part par les autorités qui verbalisent pour stationnement dans les environs et qui fouillent les véhiculent et contrôlent les identités de manière infondée et arbitraire.

👉 PORT À SEC

Le directeur du port-à-sec accuse la ZAD d’un manque à gagner et souhaite plusieurs millions d’euros de dédommagements financiers, accusant une perte de 50 % de son chiffre d’affaires, oubliant que la crise sanitaire et économique dure depuis 1 an et bien avant que la ZAD ne s’installe…

👉 ENTREPRISES AU CARNET

Les élus locaux aiment mentionner que la ZAD empêche les entreprises de se positionner sur le projet. Le projet de zone industrielle au Carnet est pourtant une coquille vide qui ne trouve pas d’entreprises candidates depuis plus de 10 ans ! Les élus et le Grand Port le savent pertinemment.

Les mensonges et la stigmatisation de la ZAD servent à occulter les faits écologiques et sociaux profondément nuisibles du projet du Carnet, sur lesquels nous n’entendons pas les élus.

✊ Plus que jamais, nous sommes la Loire qui se défend ! ✊

ALERTE : risques d’expulsion renforcés de la ZAD du Carnet

🚨 Risques d’expulsion renforcés de la Zad du Carnet🚨

La ZAD du Carnet a besoin d’un soutien présentiel, moral et matériel important et urgent pour faire face aux risques d’expulsion, suite au résultat de l’audience au tribunal administratif qui doit avoir lieu d’ici quelques jours et ne sera sûrement pas en sa faveur (des élus locaux ont porté plainte contre le préfet pour faire expulser la ZAD).

Lire l’article de la ZAD du Carnet et prendre connaissance de leurs besoins matériels pour lutter contre l’expulsion.

Nous rappelons que :

👉 La ZAD du Carnet a un rôle essentiel et déterminant dans l’institution d’un rapport de force physique, politique et médiatique. Lorsque le droit environnemental n’est pas respecté, que les élus ne font pas leur travail de sensibilisation citoyenne et font primer industrie et artificialisation des zones humides sur notre milieu vivant, seule la résistance physique et matérielle permet de sensibiliser aux projets destructeurs.

👉 La ZAD et son éclairage sur le projet ont permis l’institution d’un moratoire d’un an suite à l’avis défavorable du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel sur le projet de zone industriel du Carnet.

👉 L’argument de blocage de la départementale par la ZAD utilisé par les élus est un prétexte pour la faire expulser. La ZAD se situe à l’entrée du site du Carnet et les riverains peuvent tout à fait circuler. La route menant au site est en revanche bloquée par un portail installé par le Grand Port Maritime qui empêche l’accès au site du Carnet alors que le site relève du domaine public puisqu’il s’agit d’un fleuve : un bras de la Loire, remblayé illégalement par les pouvoirs publics dans les années 70.

👉 L’occupation illégale d’un site est nécessaire pour contrer les illégalités et dérogations au droit environnemental. Rejets à l’arsenic, dérogations aux espèces protégées, déversement de boues d’épuration polluantes pour nous intimider avec la complicité de la gendarmerie, caméras cachées illégales… L’illégalité ne pose jamais de problème lorsqu’elle concerne les puissants et encourage le capitalisme.

👉 Il est toujours indigne d’expulser des personnes. Il l’est d’autant plus en plein hiver, en pleine vague de froid et en pleine pandémie.

Nous renouvelons notre solidarité totale avec la ZAD du Carnet. Notre lutte commune contre le projet de zone industrielle est légitime, le mépris des élus et l’expulsion de la ZAD ne le sont pas.

Apportez votre soutien à la ZAD autant que possible 🖤

✊ Nous sommes la Loire qui se défend ! ✊

Stop Carnet dénonce les violences subies depuis le début de la mobilisation contre le projet de zone industrielle au Carnet

Le collectif Stop Carnet dénonce les violences subies de toutes parts depuis le début de la lutte contre le projet de zone industrielle au Carnet !

Différents niveaux de violence ont malheureusement pu être observés ces derniers mois :

👉 La violence écologique, évidemment :
Le projet de zone « éco-technologique » du Carnet prévoit la destruction de 110 ha de zone naturelle dont 51 ha de zones humides, 550 poids lourds par jour circulant autour de la zone, 550 000m3 de remblais dont la moitié issue du dragage de la Loire pour surélever le site de 50 cm. 116 espèces protégées habitent le Carnet et le projet est en zone inondable chaque année dès 2030.
L’estuaire de la Loire déjà moribond est hyper industrialisé et son industrialisation massive et ses emplois précaires provoquent 30% de cancer en plus que la moyenne nationale.
Le projet est résolument contradictoire avec l’urgence écologique et la nécessité de stopper toute artificialisation et constitue un véritable crime écocidaire.

👉 La violence médiatique :
Le collectif dénonce un traitement médiatique souvent mensonger, partial ou qui occulte des faits. Les habitant.e.s de la Zad du Carnet sont sans cesse stigmatisé.e.s et le voyeurisme et sensationnalisme médiatiques qui se nourrissent de larmes et de sang ne sont plus acceptables.

👉 La violence psychologique et physique :
Le week-end dernier, deux habitant.e.s de la ZAD du Carnet ont été frappé.e.s à coups de barre de fer par une milice et une tentative d’incendie d’un camion dans lequel vit un.e habitant.e a été évitée de justesse. Il s’agit donc d’une tentative d’homicide volontaire et nous saluons le sang froid et le pacifisme de la ZAD du Carnet face à cette violence effroyable.
Par ailleurs, des habitant.e.s de Paimboeuf stigmatisent ouvertement des militant.e.s dans la rue et les menacent.

👉 La violence politique :
Les maires des communes concernées par le projet ont été incapables de faire la moindre sensibilisation concernant le projet aux riverain.e.s en 10 ans, malgré les conséquences directes et terriblement nuisibles sur leur lieu de vie.
Les maires ont porté plainte contre le préfet auprès du tribunal administratif (l’audience a lieu ce jeudi) car le préfet ne s’est pas positionné sur une expulsion de la ZAD.
Le maire de Frossay a envoyé une lettre à Emmanuel Macron pour demander l’évacuation de la ZAD. Cette lettre mensongère stipule que la ZAD empêche le projet de zone industrielle d’attirer les investisseurs alors que le projet est une coquille vide depuis son existence.

👉 La violence de la répression :
Depuis fin août, la lutte du Carnet est fortement réprimée et a subi un grand nombre d’intimidations.
Des boues de station d’épuration polluantes ont été épandues au Carnet la veille de notre manifestation avec la complicité de la gendarmerie nationale.
Des caméras cachée hyper sophistiquées illégales ont été retrouvées, elles filmaient les militant.e.s en direct et les images étaient retransmises à distance.
Les contrôles d’identité, les fouilles de véhicules et les rondes de gendarmerie sont monnaie courante autour de la zone.
Mardi 2 février, le Peleton d’Intervention de la Gendarmerie Nationale, plusieurs camions de gendarmerie mobile et un hélicoptère ont été mobilisés pour expulser un lieu inoccupé et réquisitionné à des fins artistiques qui servait de soupape à certain.e.s habitant.e.s de la ZAD, alors qu’une remise des clés avait été négociée sans encombre. 7 personnes ont été interpellées et mises en garde à vue, elles ont été libérées après 24 heures.

👉 La violence de l’opinion publique :
Le mépris populaire envers les habitant.e.s de la ZAD est indigne de leur combat. Si des actes isolés sont regrettables, les habitant.e.s de la ZAD sont accusé.e.s de tous les maux de façon mensongère.
Les habitant.e.s de la ZAD subissent des conditions de vie rudes et précaires (sans eau courante, électricité et abri chauffé pour dormir pour beaucoup d’entre elleux) pour empêcher la destruction de la zone naturelle et le capitalisme vert de tout dévaster sur son passage.

Que font les personnes qui stigmatisent les zadistes pour l’écologie à part fermer les yeux sur une situation terrorisante qui met l’intégralité du monde vivant en danger ?
Nous invitons ces personnes à avoir autant de décence, d’humilité et de dignité que celles qu’elles jugent et méprisent sans même les connaître.

👉 La violence économique :
La ZAD est un lieu de lutte et un lieu d’accueil inconditionnel, notamment pour toutes les personnes que ce système a broyé ou exclu. Comme la plupart des lieux occupés / réquisitionnés, la ZAD permet à certain.e.s d’avoir un toit autant que possible, de pouvoir se nourrir et d’obtenir un soutien collectif. Elle fait donc ce que les pouvoirs publics ont laissé de côté et refusent de voir.

👉 La violence envers tout type d’alternatives et d’imaginaires :
Alors que de plus en plus de personnes privilégié.e.s prônent l’autonomie individuelle et le repli sur soi pour se protéger du dérèglement climatique et de l’effondrement de la biodiversité, la ZAD offre une manière alternative d’habiter le monde incroyablement riche, résiliente et résistante en favorisant l’autonomie collective.
Habitats légers en matériel de récupération, nourriture que le capitalisme gâche outrageusement récupérée, démocratie directe, réflexions collectives sur les rapports de domination (sexisme, racisme, classisme…) et expérimentation permanente… La ZAD poursuit des efforts que notre système destructeur se refuse à faire.

🛑 Le collectif Stop Carnet renouvelle sa solidarité envers la ZAD et condamne les violences à l’encontre des militant.e.s du collectif et de la ZAD, comme envers toustes les militant.e.s qui oeuvrent pour un monde plus juste et solidaire. Ces violences n’entachent en rien notre détermination et renforcent d’autant plus la solidarité que nous forgeons entre nous.

🛑 Après la lutte historique contre le projet de centrale nucléaire du Carnet avorté en 1997, ne laissons pas le Carnet être à nouveau vampirisé et bétonné par des industriels qui font passer les profits avant nos vies.

🛑 La lutte du Carnet est un combat écologiste, pour la justice sociale et pour la dignité du vivant. Notre lutte continue et nous vous invitons à nous rejoindre ! 🖤

Pour que vive le Carnet libre et sauvage ! 🌿🐦
✊ Nous sommes la Loire qui se défend ! ✊

Communiqué : Le projet du Carnet à l’arrêt pour un an, mais la lutte continue !

Le collectif STOP CARNET prend acte du communiqué du Grand Port Nantes St Nazaire informant qu’il retarde d’un an les travaux sur le Site du Carnet.

Cette décision fait suite à l’avis négatif du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel quant au bien fondé de la gestion environnementale du Grand Port sur l’ancienne île du Carnet

Le collectif s’étonne que le Grand Port sorte soudain de plusieurs mois d’un pesant et étonnant silence pour annoncer benoîtement vouloir se conformer aux recommandations du conseil scientifique.

Les conclusions de ce Conseil sont malheureusement de l’ordre purement consultatif. Il ne peut qu’émettre des avis et recommandations dont les promoteurs tiennent rarement compte.

Pourquoi en serait il autrement quant au site du Carnet.

Le collectif, bien que soulagé de ce sursis d’un an, reste à ce titre des plus circonspects et extrêmement vigilant.

Il n’est nulle question ici de victoire mais d’une respiration, qui peut être bénéfique soit pour la lutte soit pour le Grand Port.

Le collectif s’en explique :

La lutte menée courageusement et pacifiquement depuis des mois contre le projet du carnet a porté un éclairage qui n’est guère à porter au crédit du Grand Port. Les voix dissonantes, les soutiens sont de plus en plus nombreux. Les politiques, les décideurs s’interrogent à juste titre.

Le 20 octobre notre Collectif, l’association Notre Affaire à tous le MNLE et des particuliers ont déposé auprès de la Préfecture un recours gracieux afin que le Préfet mette en demeure le Grand Port de préciser certains points obscurs, voire illégaux du projet de l’aménagement du Carnet.

D’autre part, par quel tour de passe passe sur les 116 espèces menacées, seule une vingtaine ont été prises en compte.

Ces éléments portés à l’attention du plus grand nombre sont fort embarrassants pour le Port.

Le Grand Port par cette soudaine « allégeance » aux recommandations du Conseil Scientifique pourrait ainsi ne pas perdre la face. Les relevés faunisques et floristiques seraient un prétexte pour sortir la tête haute de cette situation délicate. Ainsi pourrait-il par la suite enterrer discrètement ce projet qui n’aurait jamais dû voir le jour.

La seconde hypothèse, la plus probable, serait son souhait de poursuivre le carnage au Carnet.

Depuis 10 ans, le Grand Port s’évertue à vendre une une belle vitrine verte, en trompe l’oeil, fort dc la caution verte complaisante d’associations environnementales.

La lutte menée par le Collectif et la Zad du Carnet, l’éclairage médiatique, a singulièrement défraichi, la couleur de cette vitrine.

Il est donc vital pour le Grand Port que cette vitrine retrouve tout son lustre vert pour lui permettre d’aller jusqu’au bout de son projet destructeur.

Une opportunité s’offre à lui : profiter des avis du Conseil Scientifique et affirmer, la main sur le coeur qu’il se pliera à ses recommandations.

Notre Collectif est parfaitement conscient que sous prétexte de mener à bien les relevés sur le terrain, le risque d’évacuation de la ZAD est avéré.

Il rappelle que le Grand Port a obtenu en 2017 toutes les autorisations et dérogations pour mener à bien son projet écocidaire à l’encontre du site du Carnet *.

Rien ne lui interdira sous prétexte de relevés faunisques et floristiques d’investir l’île du Carnet et de mener à bien la première phase, à savoir les travaux des mesures compensatoires et « l’aménagement » des 110 ha.

Aménagement qui consiste en la destruction massive et inéluctable des zones humides, de la faune et la flore s’y épanouissant, des remblaiements monstrueux sur tout le site.

Tout ce massacre organisé sans qu’aucune entreprise n’ait encore candidaté et posé ses valises..

Notre Collectif réaffirme gravement et clairement la décision de continuer la lutte jusqu’à l’abandon définitif et acté du projet du Grand Port.

L’Estuaire est à l’agonie du fait du gaspillage productiviste et d’une compétitivité sauvage du lobby portuaire.

Pour rappel, dans les années 70 le Grand Port avec la complicité des pouvoirs publics a comblé le bras du Migron qui faisait l’insularité de l’ïle du Carnet

Le Collectif entend stopper l’appétit insatiable du Grand Port. Il ira jusqu’au bout pour sauver l’Estuaire, pour sauver la Loire, pour sauver l’île du carnet.

Nous sommes la Loire qui se défend.

Le Collectif Stop Carnet

stopcarnet@retzien.fr

https://stopcarnet.fr/

*Cf l’arrêté préfectoral de 2017 à retrouver par ici :

https://stopcarnet.fr/le-projet-du-grand-port/documents-sur-le-projet/


Pour soutenir la résistance sur place :

Des nouvelles de la ZAD 🎉

Les chantiers collectifs avec du matériel de récupération se poursuivent à la Zad du Carnet, toujours dans un objectif de résistance au projet de zone industrielle et de résilience face au dogme capitaliste, patriarcal et colonial destructeur

✊🏡 Le Vortex est né : une cabane collective pour accueillir et protéger les habitant.e.s de la pluie et du froid isolée avec de la paille. Chacun.e peut participer à sa construction !

👍👨‍🌾👩‍🌾 Bienvenue au potager de la ZAD !

Entre délimitation des zones de culture, paillage et récupération de semences, la saison de culture se prépare à la ZAD pour plus d’autonomie alimentaire, et les fèves vont bientôt être semées

🌱👉 Il est encore temps de rejoindre la ZAD pour le confinement, lieu d’accueil et zone libre pour tous et toutes. Sentez-vous libre de la rejoindre, notamment via Covoiturages pour se rendre au Carnet / Stop Carnet !

❤️👉 Votre soutien matériel (nourriture, vêtements chauds, couettes, matériel de construction), moral et financier est précieux.

Si vous le pouvez, n’hésitez pas à apporter votre aide et/ou à participer à la cagnotte de soutien à la lutte 😊

✊ Nous sommes la Loire qui se défend !

✊Et que vive le Carnet libre et sauvage 🌿

Balade découvertes des plantes sauvages comestibles et médicinales avec Liza !

Le 29 octobre 2020, nous avons profité de cette dernière journée non-confinée pour prendre un bol d’air, de vert et de savoir botanique au Carnet en compagnie de Liza et de 30 participant.e.s ! ❤️👌

Pendant près de 3 heures, Liza nous a transmis son savoir sur les plantes sauvages comestibles et médicinales au cours d’une belle balade sur la zone naturelle…

🥰🌿 Asperges sauvages, carottes sauvages, trèfle, achillée millefeuille, bouillon blanc, plantain, chicorée, cynorrhodon… Les espèces végétales comestibles et médicinales ne manquent pas au Carnet, continuons à les préserver de la bétonnisation ! ✊

Courage à toutes les personnes qui souffrent de la pandémie et/ou de ce nouveau confinement, en espérant que ces photos vous fassent du bien…

N’hésitez pas à rejoindre la Zad du Carnet pour passer votre confinement dans une zone libre et naturelle ! 😊

Des travaux illégaux au Carnet… et un recours gracieux engagé par Notre Affaire à tous, MNLE Environnement, le collectif Stop Carnet et des riverain-ne-s de l’île du Carnet !

Le 20 octobre 2020, l’association MNLE Environnement, l’association Notre Affaire A Tous, le collectif Stop Carnet ainsi qu’une vingtaine de particuliers ont accompli le premier pas faire le recours contentieux.

Ce premier pas consiste en une lettre adressée au Préfet de la Région des Pays de la Loire  lui demandant de bien vouloir mettre en demeure le Grand Port Maritime de Nantes Saint Nazaire de régulariser les travaux qui ont lieu sur le site du Carnet.
En faisant cette lettre les requérants s’exposent à un refus, ce refus pourra alors être attaqué devant le juge.

Pourquoi les travaux sur le site du Carnet doivent être considérés comme illégaux ? 

D’une part les travaux ont lieu sans déclaration de projet, au titre de l’article L 126-1 du code de l’environnement, la déclaration de projet est obligatoire afin de définir le projet comme étant d’intérêt général : 

“Lorsqu’un projet public de travaux, d’aménagements ou d’ouvrages a fait l’objet d’une enquête publique en application du chapitre III du présent titre, l’autorité de l’Etat ou l’organe délibérant de la collectivité territoriale ou de l’établissement public responsable du projet se prononce, par une déclaration de projet, sur l’intérêt général de l’opération projetée.”

En l’espèce le projet Carnet rentre bien dans cette définition et comme celui ci ne fera pas l’objet d’un permis de construire une telle déclaration est essentielle. 

En effet le projet étant mené par le Grand Port il est dispensé de procédure au titre du code de l’urbanisme, néanmoins dès qu’un projet a une influence direct sur la qualité de l’environnement, celui ci doit faire l’objet d’une déclaration de projet. Cet acte permet de prévoir les installations et travaux qui auront lieu et donc possiblement d’émettre des contestations en amont de la réalisation. 

Or ce document est introuvable et le grand port lui même ne semble pas pouvoir répondre aux nombreuses demandes que nous avons faites. 

D’autre part l’autorisation dérogation espèces protégées a été obtenue pour un nombre d’espèces très faible. Or certaines espèces semblent avoir été mise de côté sans raison, elles seront manifestement impactées par le projet et les mesures ERC mises en place sont clairement insuffisantes. 

Ce sont notamment le campagnol, plusieurs chiroptères, la vipère aspic et 7 espèces d’oiseaux, qui malgré leur protection à l’échelle nationale se verront supprimés ou déplacés sans qu’aucune autorisation à ce titre n’ait été obtenue.

Ces documents sont des pré-requis au commencement des travaux. 

Donc les travaux de biotope, prélude au bétonnage, ont d’ores et déjà commencé dans l’illégalité.

Contact : 

MNLE Jean Paul Martel : jpmartel44[at]outlook.fr

NAAT Chloé Gerbier : gerbierchloe[at]gmail.com

Collectif Stop Carnet : stopcarnet[at]retzien.fr


Note complémentaire de notre collectif :

Le collectif STOP CARNET remercie chaleureusement  Notre Affaire à tous et MNLE Environnement pour le travail remarquable qu’ils ont réalisé. 

Bravo pour leurs Études et analyses de textes ardus et de nombreux documents, merci pour leur clarté et leur concision. Un grand merci pour leur soutien humain et juridique sans faille à notre cause pour la préservation du Carnet.

Pour l’heure, et sans surprise, nous n’avons reçu aucune réaction  des associations environnementales LPO44, FNE Pays de la Loire et Bretagne Vivante qui ont « accompagné » le Grand Port de Nants St Nazaire dans le projet de destruction du Carnet. Dans notre lettre ouverte à ces associations publiées mi-Août, nous les invitions pourtant à rejoindre la lutte du côté juridique au côté de NAAT et MNLE Environnement… 

Pour rappel, des éventuels recours contre les « permis de construire » sur lesquels ces assos ont communiqué ne serviront strictement à rien ! 

Il faut bien différencier le projet d’aménagement du site et l’implantation des entreprises.

Dans un premier temps aura lieu « l’aménagement » – aimable euphemisme – de la zone de compensation puis du projet industriel. 

A partir de 2021,  550 000m3 de remblais recouvriraient 110hectares dont 51 hectares de zones humides, entrainant la destruction inexorable de l’ancienne ïle du Carnet.

Tout ce massacre dans une hypothétique installation d’entreprises dites  » Eco-technologiques  » . 

Sans compter que que le projet du Carnet est un projet clé en main. Sommes nous bien certains que les entreprises seront dans l’obligation de déposer un permis de construire ?

Pour l’aménagement initial prévu, il a suffi d’un simple arrêté préfectoral en 2017 permettant de multiples dérogations (dérogation à la loi sur l’eau, à loi littoral, aux espèces protégées, aux rejets d’Arsenic,…) détaillant tout le phasage des travaux sans aucun besoin de permis.

Chronique d’un désastre annoncé.. mais que nous avons pour l’instant pu stoppé avec la ZAD du Carnet et votre soutien, et qu’avec MNLE et NAAT nous commençons également à attaquer juridiquement.

Nous sommes la Loire qui se défend !

Balade découverte des plantes sauvages médicinales et comestibles au Carnet

Liza Chatelet sera présente le Jeudi 29 Octobre pour vous faire découvrir les plantes sauvages et comestibles de l’île du Carnet.

L’occasion de découvrir le Carnet sous un autre regard et de mieux saisir la richesse de notre environnement et l’utilisation raisonnée et durable que l’on peut en faire* 😉

Parlez-en autour de vous 😉

Liza vient en soutien à la lutte du Carnet, la balade est donc gratuite, par contre prévoir de contacter la ZAD du Carnet pour inscriptions à la balade (places limitées à 30 personnes) à :
zadducarnet@riseup.net

Rendez-vous à 14h à la Péhinière (Saint-Viaud) devant la 1ère barricade de la ZAD du Carnet.
Essayez de ne pas être en retard 😉

Le site internet de Liza :
http://liza-herbes-sauvages.fr/

Pour plus d’infos sur la lutte que l’on mène pour défendre l’île du Carnet sur la Loire et toute sa richesse en biodiversité du projet industriel envisagé, c’est par ici :
https://stopcarnet.fr/
https://zadducarnet.org/

* Pour éviter de « piller » la ressource en plantes sauvages, un super article par ici : https://blog.defi-ecologique.com/cueillette-plantes-sauvages/

A très vite au Carnet !

Nous sommes la Loire qui se défend !

https://stopcarnet.fr/le-projet-du-grand-port/la-loire-en-danger-le-carnet-un-site-naturel-a-proteger/

Week-end vélo au Carnet de Nantes à la ZAD du Carnet : constructions, discussions, balade découverte du Carnet et réparations vélo

Ensemble au Carnet à vélo, pour découvrir le site naturel et contribuer aux différents chantiers collectifs sur place.


Au programme :


– Visite guidée du site en vélo : présentation de la faune et de la flore, historique des lieux et des aménagements réalisés (à partir de 10h30 dimanche)


– Mécanique vélo, novices comme confirmé·es sont les bienvenu·es.
Réparation des vélos du Carnet, plein de vélos ont été récupérés et nécessitent des réparations pour être fonctionnels.

– Discussions autour de la défense de l’Estuaire samedi soir et autres discussions au cours du week-end (autour du mythe de la transition énergétique entre autre).

– Chantiers de construction (ramenez aussi du matos de construction avec vous, tôles, pièces de charpente, palettes, bois en tout genre, etc… sont plus que les bienvenues !)

– Chantier de consolidation de la cabane en non-mixité choisie

– Participer à l’aménagement et à la vie du site (chantiers de constructions, etc… 😉).
Les activités pourront changer en fonction des intervenant·es disponibles.


Pour pouvoir assurer l’atelier de réparation vélo, vous pouvez emmener vos outils en mécanique vélos, les outils sur place ne suffiront pas. Si vous avez des pièces vélos et outils à donner, ils serviront à alimenter l’atelier vélo sur le site.

Prévoir de quoi être autonome en nourrir et couchage (tente, sac de couchage, etc…)
Un accès à l’eau potable et à l’électricité à faible puissance (via panneau solaire) sera possible.
Il vous sera possible de dormir directement sur le site ou alors sur un terrain privé. »

Points de rendez-vous pour l’aller
Rejoignez-nous sur les points de rendez-vous :
– 9h30 : Nantes Miroir d’eau
– ~10h30 : Trentemoult – Parking du Port
– ~10h50 : Bouguenais – Place de l’Egliste
– ~11h20 : La Montagne – Place du Grand Pré
– ~11h45 : Le Pellerin – Quai du Bac
– ~13h30 : Arrivée au Carnet

Un retour collectif se fera le dimanche à ~15h en passant par le bac de Couëron

INFOS PRATIQUES
Le trajet aller ne passe pas par un bac, il fait ~43km pour ~152m D+ et ~157m D-
Le trajet retour par le bac de Couëron, il fait ~39km pour ~83m D+ et 77m D-

En cas de mauvais temps le week-end sera reporté
Pour toutes questions envoyer un mail à l’adresse suivante : contact.velo.carnet@protonmail.com

Week-end organisé par Extinction Rebellion Nantes, Vélorution Nantes, Comité Nantais de défense de l’Estuaire, Collectif Stop Carnet et la ZAD du Carnet.

Et si vous voulez venir en dehors de ce week-end à la ZAD du Carnet, c’est plus que le bienvenue, que ce soit pour amener du matériel de construction, apporter votre soutien présentiel pour les constructions, simple soutien moral, etc…

Pour soutenir la lutte du Carnet, plus d’infos par ici :

Pour venir au Carnet :

Et pour soutenir financièrement la lutte :

https://stopcarnet.fr/2020/10/01/soutenez-la-lutte-du-carnet-financierement/

Plus d’infos sur le projet industriel mortifère du Carnet sur les pages du blog Stop Carnet et de la ZAD du Carnet

Nous sommes la Loire qui se défend !

Le lien entre la défense des zones naturelles et le féminisme par Sarah, d’EELV

Merci à Sarah, d’EELV, d’avoir écrit ce texte sur le lien entre défense de la nature et féminisme, le lien entre oppression de la nature et oppression des femmes et merci pour son soutien !

N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez vous exprimer sur le sujet ou tout autre sujet lié à la lutte contre le projet de zone industrielle au Carnet !

 » Le lien entre la défense des zones naturelles et le féminisme ?
Ouh là, pente dangereuse ! Il serait aisé de faire le lien entre une Nature pure et originelle, forcément féminine et sauvage, à protéger contre une Culture patriarcale basée sur le contrôle…
Pour éviter ça, il faut sans doute retourner la question et ne pas poser la question du lien entre les luttes, mais plutôt du lien entre les oppressions.
Car si la différence entre la Nature et la Culture a bien été mise à mal par Philippe Descola, ce lien existe toujours dans la tête des personnes qui veulent artificialiser les terres et contrôler les femmes.


Pour certains, les femmes sont des hystériques, elles ne peuvent contrôler leurs émotions (contrairement aux hommes : il suffit de le constater parmi les supporters de foot médiatique), il faut les canaliser et leur expliquer les vie : comment lutter, contre quoi se battre et contre quoi se taire – et se terre.


Tout comme il faut canaliser les femmes, il faut canaliser la terre, les mauvaises herbes, les pousses folles et l’eau qui déborde. Les zones naturelles ne servent à rien, et les femmes libres ne servent personne.


Et ainsi, l’appropriation des terres est aussi celle des corps. Quand on veut posséder la terre, on veut aussi posséder le corps des femmes. Ce corps qui appartient au père, au frère, au mari doit correspondre aux normes sociales : lisse, sans poil ni herbe, régulier, sans butte ni graisse, fertile pour les autres, blanc évidemment, valide naturellement.
Les terres naturelles et les friches sont vides pour certains. Ils ne voient que du rien quand nous y voyons des sauterelles et des coquelicots. Leurs yeux sont vides de la beauté du monde.


Il s’agit donc d’un lien miroir, un lien par ombre, mais si pour certains la Nature est féminine, nous savons bien que nous, femmes et hommes, sommes la nature qui se défend. »