Archives de l’auteur : chatonvolant

Atelier Banderoles contre le Carnage au Carnet

L’Estuaire de la Loire est menacé par un nouveau carnage !

Le Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire prévoit d’implanter une nouvelle zone industrielle de 110ha sur la rive sud de la Loire, au Carnet près de Paimboeuf (44) et de commencer les travaux de destruction dès l’automne 2020 (51ha de zones humides concernées).

La Confluence des Luttes de l’Ouest et le collectif Stop Carnet appellent à une grande mobilisation les 29 et 30 août prochains pour implanter la résistance au Carnet.
Retrouvez toutes les infos ici : https://stopcarnet.fr/carnage-au-carnet-en-bord-de-loire-44-implantons-la-resistance-les-29-et-30-aout-prochains/

Afin de préparer au mieux cet événement, nous vous invitons à participer à un atelier banderoles et pancartes samedi 25 juillet à partir de 14h au Village du Peuple à Donges.

Le Village du Peuple de Donges, fermes et prairies occupées menacées d’expulsion en octobre prochain, est lui aussi au cœur d’un projet d’extension industrielle de la Carene, qui projette de bétonner quelques 50 ha.

Du Village du Peuple au Carnet, stoppons ensemble la condamnation à mort de l’estuaire de la Loire !

N’hésitez pas à ramener de la peinture, des pinceaux, des supports ainsi que de quoi grignoter sur place 🙂

En comptant sur votre présence et/ou soutien.

Nous sommes la Loire qui se défend !

Carnage au Carnet en bord de Loire (44) : implantons la résistance les 29 et 30 août prochains !

Le Grand Port Maritime Nantes Saint-Nazaire prévoit dès la fin d’année 2020 de détruire 110ha de zone naturelle en rive sud de la Loire (près de Paimboeuf, 44) pour l’extension de ses activités portuaires et industrielles.

Dans les 110ha du projet, 51ha de zones humides vont être détruites cet automne/hiver pour empêcher aux espèces protégées du site affiliées aux zones humides (116 espèces au total) de revenir sur le site avant le méga-remblaiement de prévu qui détruira toute biodiversité (500 000m3 de remblais pour rehausser le site soumis aux risques de submersions, soit l’équivalent de 58000 camions de 13T de remblais !!).

[ Pour les infos pratiques sur le week-end et les actions envisagées sur le site du Carnet durant le week-end (implantation d’un jardin solidaire, balades naturalistes, chantier enlèvement des plantes invasives, manifest’action), le détail du programme (concerts, village des luttes,..) voir plus bas dans la section INFOS PRATIQUES ]

Toutes les informations pratiques sur le week-end seront mises à jour régulièrement sur cet article (cf plus bas), tenez-vous au courant 😉


Nous devons absolument stopper ce méga-projet destructeur, d’autant que nous connaissons l’urgence de préserver les sols, les zones humides, les bords de Fleuves, la biodiversité et de stopper leur croissance économique (même repeinte en verte) qui nous amène dans le mur avec les nouvelles émissions de GES que ce genre de projet apporterait (trafic maritime supplémentaire, trafic routier prévu de 500 camions par jour, activités industrielles) !


Nous comptons sur vous, les espèces protégées présentes sur le site comptent sur vous ! Nous avons besoin de votre soutien pour implanter la résistance sur le site fin Août et montrer notre détermination à ne plus voir ce genre de projet destructeur se réaliser !

Une mobilisation importante était prévue à l’origine le 5 Avril, mais la crise sanitaire nous a obligé à reporter l’événement et permet ainsi aux porteurs de projet d’avancer un peu plus sur le projet du Carnet.


Bientôt plus d’informations précises (plus bas) sur ce week-end important de résistance avant les 1ers travaux prévus cet automne, en attenant n’hésitez pas à partager la date autour de vous et à réserver d’ors et déjà votre week-end !

Comme en 1997, lors d’un rassemblement majeur contre la centrale nucléaire qui était prévu sur ce même site du Carnet, faisons de ce week-end un moment fort d’opposition contre leur monde mortifère !

https://stopcarnet.fr/archives-de-la-lutte-anti-nucleaire-du-carnet/

A partir du week-end du 29/30 Août, implantons la résistance au projet pour empêcher les travaux de s’effectuer !



Voir aussi sur le blog du collectif Terres Communes qui a lancé la mobilisation contre ce projet en Décembre 2019 : http://terres-communes.zici.fr/opposition-au-projet-de-110-hectares-de-zone-industrielle-en-bord-de-loire/


Et ici un décorticage des activités mortifères du Grand Port Maritime Nantes Saint Nazaire qui porte le projet du Carnet avec le soutien de l’Etat, de la région, du département et de Nantes Métropole et la ville de Saint-Nazaire : https://stopcarnet.fr/le-site-du-carnet/


Nous ne voulons plus du monde d’avant ? Alors entrons concrètement en résistance là où nous pouvons changer les choses, et cela commence par stopper les projets destructeurs !


INFORMATIONS PRATIQUES

Pré-programme ( programme plus précis courant Juillet )

Tout le week-end, village des luttes

SAMEDI 29 AOÛT

Midi : Pique-nique convivial sur le site du Carnet

Dans l’après-midi sur le site du Carnet :

  • Implantation d’un jardin solidaire
  • Balades naturalistes/découvertes du site menacé de destruction
  • Chantier enlèvement des plantes invasives
  • Autres animations à venir

Repas à prix libre en soutien à la lutte

Soirée : Concerts (Détails des groupes à venir)

DIMANCHE 30 AOÛT

Début de matinée : café/tisanes

Fin de matinée jusqu’en milieu d’après-midi : Discussions autour de la lutte du Carnet, contre le Grand Port Maritime, sur les luttes contre les projets destructeurs (confluence des luttes de l’ouest)

Autres animations (détails à venir)

Midi : Repas à prix libre en soutien à la lutte

Vers 16h/16h30 : Manifest’action vers le site du Carnet

Galettes salées ou sucrées

Soirée : Concerts (Détails des groupes à venir)


Donner des coups de mains

Afin de préparer au mieux l’événement, nous avons prévu quelques jours de chantiers collectifs, avant le week-end.
Que ce soit pendant, avant ou après le week-end, toute participation est la bienvenue ! Alors si vous voulez rejoindre l’équipe et contribuer à l’auto-organisation du week-end, n’hésitez pas à remplir ce formulaire :
https://framaforms.org/preparation-du-week-end-de-mobilisation-des-29-et-30-aout-2020-au-carnet-1593085870

Nous avons également besoin de soutien pour préparer la mobilisation, si vous pouvez nous aider sur la comm, la diffusion, ou sur tout autre aspect de la mobilisation, contactez-nous à stopcarnet@retzien.fr

Se rendre en direction du Carnet

Bientôt plus d’informations sur le lieu où se tiendra le rassemblement !

Pour venir en covoiturage, nous vous proposons l’utilisation d’une plateforme de mise en relation.
Pour venir le vendredi c’est par ici :
http://www.movewiz.fr/participation?PMW=52DD1IBswXLhM6800
Pour venir le samedi c’est par là :
http://www.movewiz.fr/participation?PMW=5998PKzLCv4026799

Pour venir en train, les gares sncf les plus proches sont celles de Nantes et Saint-Nazaire.

Si vous rencontrez des difficultés, n’hésitez pas à nous contacter : stopcarnet[at]retzien.fr .

Camping

Possibilité de venir quelques journées auparavant pour venir nous aider à la préparation du week-end. Nous contacter pour les lieux pouvant vous accueillir.

Le week-end, un espace camping sera disponible à partir du samedi.

Repas/buvette

Les repas proposés à prix libre en soutien à la lutte seront préparés à partir de produits de paysan-ne-s bio du Pays de Retz.

La buvette (ouverte du midi jusqu’au soir samedi et dimanche) proposera également des boissons provenant de producteurs locaux en bio de préférence (plus de détails sur les boissons à venir).

Besoin en matériel en amont et pendant le week-end

Structures type barnum / Chapiteau pour accueil du village des luttes, des discussions et concerts

Palettes / récup bois notamment pour construction de toilettes sèches

Nous sommes par ailleurs en train de rechercher un terrain privé susceptible d’accueillir le festival, terrain qui serait situé pas trop loin du site du Carnet (maximum 20 minutes à pied). Si vous connaissez un paysan ou un particulier susceptible de nous prêter un terrain, n’hésitez pas à nous contacter.

A très vite pour des infos plus précises sur ce week-end de résistance, en attendant vous pouvez aussi partager l’évènement facebook et y inviter vos ami-e-s :
https://www.facebook.com/events/295576304802943/


Retours sur la mobilisation du 17 juin contre la réintoxication du monde

Plus de 50 blocages, occupations, rassemblements et actions ont secoué la France, ce mercredi 17 juin 2020, suite à l’appel national pour agir contre la réintoxication du monde (https://17juin.noblogs.org/).

En Loire Atlantique, le GIGNV a sévit dès le matin, en perturbant un vol Nantes – Paris, « emblème du monde qu’on ne veut plus revoir« .

Dans l’après-midi, entre 200 et 300 personnes ont participé aux deux rassemblements de la journée : remise du prix pinocchio à Yara, leader mondial des engrais de synthèse azotés, et grand pique nique festif à la découverte du site naturel du Carnet, menacé par un projet d’aménagement du Grand Port Maritime de Nantes Saint Nazaire.

De Yara au Carnet, la résistance était donc fertile contre le Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire et son monde !

Intervention du Collectif Stop Carnet devant le site de production de Yara ce 17 juin dans l’après midi :

Ce monde, leur monde, c’est la violence à l’état de nature.
La répression s’abat sans frontière et va même jusqu’à toucher le monde paysan qui ose s’affranchir de l’agro-industrie.
Cette semaine, 3 membres du collectif Terres Communes étaient placés en garde à vue, et la création de la cellule demeter n’y est probablement pas pour rien.
Des Gilets Jaunes aux ZADs, des précaires aux personnes racisées, des paysans qui libèrent les terres aux personnes sans papiers, nous sommes tous victimes de l’autoritarisme des gouvernements et des grandes firmes. Ils nous matraquent, nous mutilent, nous emprisonnent, nous asphyxient, nous empoisonnent, nous surveillent, nous contrôlent, nous exploitent, nous endettent. Ils nous détruisent et détruisent notre environnement sans aucun complexe.

Dans ce monde d’aujourd’hui on fait face à une extinction massive des espèces et de la biodiversité, pour rappel 30% oiseaux des campagnes ont disparu en 15 ans, on fait face au dérèglement climatique, aux inégalités..
Ce modèle de société insoutenable a fait de la gestion des crises, une spécialité.
Nous, le peuple, nous voilà pris en otage par l’insécurité sociale et alimentaire partout dans le monde.

Il est temps de nous libérer et d’agir !

Il y a urgence à défendre le Carnet.
Le Carnet, c’est 395ha de zone naturelle et sauvage.
Le Carnet c’est l’un des derniers corridors migratoires protégé des nuisances de l’activité humaine sur l’estuaire de la Loire.
Le Carnet, c’est 63% de zones humides précieuses, qui participent à la fertilisation des sols, atténuent les crues et protègent les littoraux, abritant des trésors de biodiversité.
Le Carnet, c’est pas moins de 116 espèces protégées.
Le Carnet, c’est une lutte acharnée du peuple contre un projet de centrale nucléaire.
C’est l’une des victoires écologiques les plus importantes de ces 30 dernières années !

Il y a urgence à stopper le projet destructeur du Grand Port Maritime qui veut bétonner 110ha de zone naturelle pour un projet industriel, dédié aux énergies « pseudo » vertes.
Les acteurs du territoire et élus qui soutiennent ce projet dévastateur agissent d’ailleurs, comme des criminels, au même titre que les industries polluantes et les politiques qui exploitent et pillent le monde.
Ce projet au Carnet, c’est un affront à la mémoire du Carnet et de la lutte historique pour le protéger !
C’est totalement irresponsable quand on a l’avenir des générations futures entre les mains, que de soutenir ce projet mortifère !

Il y a urgence à stopper le Grand Port Maritime qui projette de bétonner une zone naturelle au nom de la « transition écologique » !
Les objectifs de croissance à tous prix se font au détriment de l’estuaire ; l’attractivité des territoires a un prix !

Le Grand Port Maritime intoxique l’estuaire de la Loire.
Le Grand Port Maritime installe des industries polluantes sur nos territoires.
Le Grand Port Maritime accueille des importations de soja en provenance de la déforestation de l’Amazonie.
Le Grand Port Maritime est partenaire des pires entreprises qui répandent le chaos climatique et social partout dans le monde.
La Terre et le Peuple saignent et nous accueillons son sang à bras ouverts, ici, aux portes de l’Atlantique.

Est ce que c’est ça notre « monde d’après » ?

Le Carnet fait partie des 12 sites livrés « clefs en mains » par Macron aux industriels, emblème d’une France « Territoire d’industries ». Mais à quel prix ?
C’est à ce jour le plus grand projet de bétonisation du 44, et le plus impactant en terme de biodiversité.

Est ce que c’est ça notre « monde d’après » ?
Macron qui parade sur la destruction de 116 espèces protégées ?? !
Alors qu’en plus, nos territoires sont peuplés de friches industrielles vides ?!

Non, c’est emblématique de tout ce qu’on ne veut plus pour notre avenir !
C’est pourtant ce qu’il va arriver ici si nous ne le stoppons pas.

Il y a urgence à défendre le Carnet.
C’est cet automne que la destruction des espèces et habitats naturels doit intervenir et nous devons les empêcher !
Alors qu’on fait face à une pandémie mondiale qui nous a largement montré les limites du développement à outrance, de la destruction de la biodiversité et des habitats naturels, le Grand Port Maritime condamne à mort l’estuaire de la Loire.

Le Carnet a besoin de nous.
Le bruant des roseaux, les passereaux, les migrateurs,
les hérons, les rapaces, les fleurs,
les insectes, les grenouilles, les rongeurs..
C’est tout ce monde sauvage qui a besoin de nous au Carnet pour le défendre alors qu’on a désespérément besoin de lui pour survivre.

Nous ne nous battons pas pour le Carnet, nous sommes le Carnet qui se défend ! « 

La revue de presse de la journée :

Le Courrier du Pays de Retz
L’écho de la presqu’île
Reporterre et Reporterre
France 3 Loire Atlantique
Ouest France et Ouest France
Libération
Kaizen Magazine
Actu-Environnement

« Nous ne sommes rien sur Terre, si nous ne sommes pas d’abord l’esclave d’une cause, celle des peuples et celle de la justice et de la liberté »
Frantz Fanon

Mobilisations du 17 juin en Loire-Atlantique pour l’appel à agir contre la réintoxication du monde

Le Collectif Stop Carnet se joint à l’appel contre la réintoxication du monde et vous invite à participer aux mobilisations du 17 juin en Loire Atlantique !

AGIR CONTRE LA REINTOXICATION DU MONDE

14h – Rassemblement devant l’usine d’engrais chimiques Yara à Montoir de Bretagne

17h – Convergence et grand pique-nique sur le site du Carnet, rdv à la pehinière, saint viaud (44)

Un appel à « agir contre la réintoxication du monde » le 17 juin (17juin.noblogs.org) a été lancé à la sortie du confinement par un ensemble de groupes écologistes, syndicats, zads, espaces autogérés et territoires en luttes. Le déconfinement annoncé par nos dirigeants relance l’exigence de la rentabilité et la destruction du vivant se remet en marche forcée et accélérée. En réponse, le 17 juin, une multitude de mobilisations, rassemblements, blocages vont avoir lieu sur des sites existants ou projets particulièrement nocifs environnementalement et socialement. Ceux-ci ne manquent malheureusement pas dans le 44. Les collectifs et organisations qui ont répondu localement à l’appel ont choisi de commencer par converger sur deux espaces emblématiques, situés d’un côté et de l’autre de la Loire, et reliés au Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire ainsi qu’à ses volontés d’expansion industrielle.

Halte à YARA et aux engrais de synthèse !

Le confinement a été pour beaucoup d’entre nous un moment de bouleversement profond quant au sentiment de gravité de l’empoisonnement du monde. Quand elle pouvait se le permettre, une partie croissante de la population s’est efforcée de prioriser les productions paysannes locales plutôt qu’une alimentation issue d’un modèle climaticide qui stérilise les sols. Mais pendant ce temps là, YARA, leader mondial des engrais de synthèse azotés, implanté à côté de la raffinerie de Donges, a continué à tourner à plein régime.Cette multinationale est une spécialiste du lobbying en faveur d’une agriculture industrielle dépendante des intrants chimiques.

Depuis leur production jusqu’à leur utilisation dans les champs, les engrais de synthèse azotés sont un véritable cocktail nocif pour l’environnement : émissions de gaz à effet de serre, pollution de l’eau (nitrates), pollution de l’air (particules fines), extractions des ressources (fuel, gaz, phosphore, potasse).

Sur le site Seveso seuil haut où elle cohabite avec Cargill et Total le long de la Loire, YARA a été récemment mise en demeure par la Préfecture pour non-respect des normes environnementales en lien avec ses rejets toxiques dans l’atmosphère et dans la Loire. Elle n’en a évidemment pas tenu compte jusqu’à présent.

Sans aucune considération pour les riverain.ne.s, sa tour de production rejette pourtant deux fois plus de poussières que le seuil autorisé et l’usine n’a pas jugé bon d’avoir une station de traitement de ses effluents industriels : ils sont tout simplement rejetés directement dans la Loire… Cela doit cesser ! Le 28 mai dernier, la presse révélait une fuite d’ammoniac sur le site de Yara près du Havre. Nous ne voulons pas d’un nouveau Lubrizol sur nos terres!

Nous irons en ce sens remettre à Yara en nombre à 15h le prix Pinocchio de la pire entreprise de l’agrobusiness en matière de greenwashing. Il lui a été décerné par les Amis de la Terre et la Confédération Paysanne en février dernier, mais n’avait pas pu lui être remis en main propre jusqu’à maintenant.

Plus d’informations sur le Prix Pinocchio 2020 à retrouver ici : https://www.prix-pinocchio.org/

Carnage au Carnet : implantons la résistance contre la destruction de ce site naturel pour un nouveau projet industriel !

La seconde mobilisation publique de la journée a pour objet la sauvegarde des 395 ha du site naturel du Carnet, sur l’estuaire de la Loire. C’est là qu’un projet de centrale nucléaire avait été mis en déroute par un mouvement de contestation populaire dans les années 90. C’est là qu’aujourd’hui le Grand Port Maritime projette de bétonner 110 hectares de zones naturelles réensauvagées (dont 51 hectares de zones humides). Ce projet mortifère fait partie des 12 sites livrés « clé en main » par Macron à des grands groupes industriels. Paradoxe insoutenable, l’artificialisation de ce pan d’estuaire qui abrite pas moins de 116 espèces protégées, se ferait au nom de l’implantation d’« eco-technologies ». Derrière ce terme creux, les mêmes multinationales qui répandent le chaos climatique et social partout dans le monde se tiennent en embuscade pour s’implanter avec un verdissement de façade. La mobilisation est d’autant plus pressante sur ce site que le démarrage des travaux est annoncé pour cet automne !

Retrouvez plus d’informations sur le site du Collectif Stop Carnet : https://stopcarnet.fr/

Dans un cas comme dans l’autre, agir contre l’intoxication du monde ne pourra se faire sans s’efforcer de nouer des liens et solidarités avec et entre celles et ceux qui dépendent économiquement des secteurs concernés. Le chantage à l’emploi est l’arme principale des empoisonneurs et bétonneurs. Or des emplois utiles et un revenu digne sont possibles pour tout le monde, si on abandonne les dogmes de la libre concurrence et de la recherche de profit pour quelques-uns au mépris du bien commun. C’est avec tous les salariés que cette bataille doit se mener. L’urgence sociale c’est aussi de prendre en compte que les plus précaires sont généralement les plus touché.e.s par les dégradations environnementales et les premières victimes de la crise climatique : domiciliation sur des lieux de vies pollués, emplois aux contacts de produits cancérigènes. Quant à la violence policière et au racisme systémique, ils sont une source majeure d’intoxication sociale.

Nous appelons donc à se mobiliser le 17 juin lors de deux rassemblements :

dès 14h devant l’usine YARA de Montoir de Bretagne avec une remise du prix Pinocchio.

Puis en traversant la Loire à partir de 17h pour se retrouver sur le site du Carnet (amenez de quoi pique-niquer). Rendez-vous à la pehinière, saint viaud (44)

Infos pratiques et précisions supplémentaires sur 17juin.noblogs.org / 17 juin@riseup.net / https://www.facebook.com/Agir17juin-101907081540247/

A l’appel dans le 44 des associations et collectifs : Solidaires 44, Union Syndicale Solidaires, NDDL Poursuivre ensemble, Extinction Rebellion Nantes, Collectif Stop Carnet, des habitant-e-s de la zad de Notre-Dame-des-Landes, Colère 44, Attac 44, la Cagette des Terres, Pays de Retz Environnement, Alternatiba Nantes, la Commune de Chantenay, GIGNV, la VIGIE (Association de veille citoyenne et écologique de Bretignolles-sur-Mer), la Dérive social club, Free The Soil, Comité Bure en Retz

Communiqué du Collectif Stop Carnet du 6 juin 2020

Carnage au Carnet : Et maintenant ?

A l’heure où la pandémie du Covid 19 a rebattu les cartes, et a démontré le lien entre la destruction de la biodiversité, des habitats naturels, de la faune et la flore et la propagation de virus des plus agressifs,

A l’heure où notre modèle de société productiviste engendrant des ravages nuisibles à l’humain, au climat et à l’environnement, a montré largement ses limites ,

A l’heure où les multinationales, avec la complicité des différents gouvernements, s’affranchissent impunément des contraintes environnementales et écologiques, pour un mercantilisme dévoyé qui ne dit pas son nom,

A l’heure où la crise climatique déclenche des bouleversements sans précédent ,

Le collectif STOP CARNET refuse que le site naturel du Carnet, notre bien commun à tous, soit dévasté pour accueillir un projet de zone industrielle dédiée aux énergies « pseudo » vertes :

  • N’abandonnons pas le Carnet, déjà convoité auparavant pour la construction d’une centrale nucléaire, projet abandonné grâce à la mobilisation et la lutte des populations
  • N’abandonnons pas le Carnet, ce site unique en Loire Atlantique, à la voracité de multinationales telles que TOTAL, CARGILL, YARA, ALSTHOM, ENGIE, soutenues sans état d’âme par le Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire 
  • N’abandonnons pas 395 ha d’espace naturel, classé Natura 2000, dont 60% de zone humides indispensables à la biodiversité de notre département 
  • N’abandonnons pas les 116 espèces protégées vivant paisiblement sur le site et un des derniers couloirs migratoires préservé

Est-ce ainsi que le Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire compte tirer les leçons de ces derniers mois en cautionnant via la destruction du Carnet, un projet industriel dévastateur, dangereux, et antidémocratique ?

Pourquoi ne pas rénover les friches industrielles et la multitude de hangars et locaux vides au lieu de massacrer un site vivant et magnifique ?

Comment peut-il négliger le cri d’alarme de l’agence Européenne de l’Environnement sur les risques avérés de submersion du carnet, zone reconnue inondable ? (publication du 10/02/2020)

Comment peut-il faire fi de l’impact du réchauffement climatique en France, de la montée inexorable de la mer, des dangers environnementaux qui se profilent partout ?

N’apprend-il donc rien des impacts désastreux de ces derniers mois, n’en-tire-t-il pas les conclusions évidentes : retrait de ce projet ahurissant d’inconséquence ?

Nous en appelons aux maires des communes limitrophes au Carnet :

Il est urgent d’agir pour le bien être de tous et celui de vos administrés,

Il est urgent de revoir vos positions en faveur de ce projet délétère qui nous mène droit dans le mur et pénalisera pour longtemps les générations suivantes

Ne cautionnez pas la bétonisation d’un site naturel sous couvert d’une « vitrine verte »

Ne validez pas ce projet mortifère sous le prétexte qu’il générera de l’emploi. Mais quels emplois ? Ces emplois qui profitent de la précarité des populations, les aliènent, les exploitent, les sous paient et engendrent de la souffrance au travail?

Il existe d’autres possibilités d’emploi plus dignes, plus valorisants : local ou relocalisation, les services, domaine de la santé, valorisation des filières de l’artisanat, paysannerie….et tous ceux qui ont manqué cruellement pendant le COVID.

Nous vous invitons à échanger à ce sujet avec le Collectif.

Le collectif Stop Carnet, et bon nombre d’habitants :

  • Refusent ce modèle industriel au seul profit des grand groupes, au détriment des populations qui peuvent et doivent s’émanciper de ces projets mégalomaniaques
  • Appellent à sauver le Carnet et ses zones humides qui aident à la fertilisation des sols, à la régulation des crues et à la protection des littoraux, ainsi que sa faune et sa flore gravement menacées
  • Déplorent l’importation de matières rares dont certaines extraites à l’autre bout de la planète qui seront acheminées au Carnet, comme l’entreprise Framatome et son importation de zirconium à quelques centaines de mètres du site.
  • S’opposent à la grande casse écologique orchestrée par les industriels et les politiques, et la grande braderie des terres naturelles et agricoles sans concertation avec les populations.
  • Entendent protéger l’estuaire, trésor écologique où affluent les eaux du bassin-versant de la Loire, soit près d’un quart du territoire national.

PROTÉGER C’EST DÉFENDRE!!!!

Nous ne nous battons pas pour le Carnet, nous sommes le Carnet qui se défend…

« Lorsque la dernière goutte d’eau sera polluée, le dernier animal chassé, et le dernier arbre coupé, l’homme blanc comprendra que l’argent ne se mange pas »

Sitting bull chef sioux.

En direct du Carnet